Les Nuits Plasma 2017 : la programmation (update 23/10/2017)

L’édition 2017 des Nuits Plasma se déroulera ...Lire la suite...

Garciaphone, mangeur de ręve…

C’est ce 10 novembre que paraît le deuxième ...Lire la suite...

All Channels Off

Écrit par Michel Serry - mardi, 25 aoűt 2009
Image
7 Weeks
Metal/Prog/Noise
F2M Planet / Anticraft

Ce n’est pas normal. Depuis quelque temps, la France Rock’n’roll nous inonde d’excellents disques. Il doit se passer un truc pas très catholique du côté de chez nos voisins du sud. Le mariage de leur président à une artiste serait-il une source d’inspiration ? Allez savoir ! Toujours est-il que les excellentes surprises fusent des six coins de l’Hexagone. (NDR : Quoi ? Vous n’avez toujours pas jeté une oreille sur l’album d’Iris Corporation, de Banane Metalik ou encore l’Ep d’Antihype ? Il va falloir vous secouer un peu !) Et, début septembre, les Fransquillons remettent le couvert en nous balançant dans les pattes un groupe de Limoges qui pourrait bien casser autre chose que de la porcelaine.

7 Weeks, est le nom de ce gang formé en 2006. Plutôt éloigné du style de nos autres découvertes récentes, c’est vers le Stoner Metal burné qu’il nous emmène tout au long de cet « All Channels Off », son tout nouvel album. Enfin, ‘stoner’, c’est la bio qui le dit ; parce qu’une oreille avertie, y détectera bien davantage. C’est vrai, les influences de Queens Of The Stone Age (ou de Kyuss, son ancêtre) sont très présentes. Les guitares ne mentent pas, il y a bien du stoner dans l’air. Cependant, nos amis français ne se contentent pas de nous balancer du riff lourd et enfumé comme se contenterait un groupe suivant aveuglément les canons du style. Non, les 7 Weeks injectent dans leurs compos du rythme, du groove et un zeste de violence. Ce Cd donne plus envie de s’éclater en concert que de se morfondre seul dans une douleur intérieure. C’est particulièrement évident sur « All Channels Off », le titre d’ouverture de l’album, dont le rythme évoquerait presque la musique d’un Red Hot Chili Peppers mariné dans le plomb en fusion. Ce côté funk (pas trop quand même) plombé au gros riff qui tache trahit des relents de Kings’X. A cause du chant de Julien Bernard, d’abord. Mais aussi du travail opéré sur les harmonies vocales. Sensiblement proches de celles que nous réservent habituellement Doug Pinnick et Ty Tabor au sein du combo texan. Ajoutez quand même dans le jeu de quilles un peu de rock ultra-burné à la Mötörhead, et vous aurez bonne idée du stoner façon 7 weeks.

Comme rien ne semble avoir été laissé au hasard, la production a été confiée à Shankra de No One Is Innocent qui s’est débrouillé comme un chef pour que le résultat soit particulièrement costaud. Ce Cd démontre à nouveau que, petit à petit, la France avance vers le firmament du rock. Ce n’est pas normal je vous dis !





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement