Yo Amaneci

Andres Landero
World/Reggae
Vampisoul / Sonic RendezVous
...Lire la suite...

Les sonorités sauvages de The Lords of Altamont

Rugueux, débridé et hautement jouissif, le ...Lire la suite...

Reckoning

Écrit par Jean-Claude Mondo - mardi, 16 mai 2017
Image
Billy T Band
Blues/Roots
Big H / Frank Roszak Promotions

De son véritable nom William Troiani, Billy T est est né à New York. Il a déjà bien roulé sa bosse. Il a ainsi passé douze années aux côtés d'Eddie Kirkland et dix, au sein du Tom Russell Band. Et puis, en 1997, il décide de se fixer bien loin de la 'Grosse Pomme'. A Oslo, très exactement, en Norvège. Il y vit depuis vingt ans. Il a d'abord été le responsable du groupe résident au Muddy Waters Blues Club d'Oslo. Il a pu ainsi aider les jeunes talents locaux dont le guitariste, devenu célèbre, Kid Andersen (NDR : aujourd’hui impliqué au sein du Rick Estrin & The Nightcats). Il a également fondé son Billy T Band, une formation qui pratique un cocktail de blues, soul, R&B et swamp rock. "Reckoning" constitue son quatrième elpee. Depuis la création du combo, le line up est inchangé et réunit les guitaristes Ian Johannessen et Haakon Hoeye ainsi que le drummer Robert Alexander Petersen ; Billy T se chargeant du chant et de la basse.

Des cordes riches mais étranges amorcent le titre maître, morceau qui ouvre le long playing, une plage réminiscente du Philly Soul, si populaire au cours des seventies. Apparemment cool, mais insidieusement animé (NDR : ces cuivres !), "Shame shame" campe un excellent r&b. Billy possède une bonne voix et la gratte tire parfaitement son épingle du jeu. Blues/roots authentique "On your own" est traversé par les interventions bien senties de Johannessen à la slide. "Sad man" opère un retour, mais moins enthousiasmant, à la soul philadelphienne. On y revient ! Et il s’y maintient tout au long de "Gone". Bien soutenue par des chœurs généreux, la voix du chanteur est bien valorisée tout au long de "One of these days", une ballade roots entretenue par les cordes acoustiques et la slide de Ian. "It ain't right" épouse un profil naturellement funk, un peu dans l’esprit de Little Feat. La rythmique est absolument irrésistible. C’est cette rythmique que le groupe devrait davantage explorer, tant sa force de pénétration s’y révèle convaincante. Et "Trouble" en est une nouvelle et belle illustration. Le long playing s’achève par "I've been a fool", une ballade indolente à coloration Stax. Les interventions d’orgue exécutées par Haakon sont bien mises en exergue. Des chœurs féminins soulignent l’ensemble alors que la gratte demeure constamment mélodieuse…

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement