La Nébuleuse

Lisa Portelli
Chanson française
At(h)ome
Lisa ...Lire la suite...

Théo Clark apporte sa "Dots"

Théo Clark , c'est un Ecossais d'origine, bruxellois ...Lire la suite...

1953

Écrit par Jean-Claude Mondo - lundi, 13 juillet 2015
Image
Cheryl Lescom
Blues/Roots
Busted Flat / Sarah French Publicity

Cette Canadienne n’est pas née de la dernière pluie. Et pour cause, elle compte une carrière longue de 35 années. Elle a été choriste pour Ronnie Hawkins et tourné en compagnie du regretté Long John Baldry. Elle compte cinq albums à son actif. Dont ce "1953", enregistré au sein du studio torontois Phase One, en compagnie des Tucson Choir Boys, soit les guitaristes Sameday Ray et Dave the Cat, la percussionniste Kristine KK Walsh et le bassiste Les Graham.

Reconnaissons que dès les premières secondes de "Dime store lover", on est troublé par la voix de Cheryl ; une voix assez graveleuse, forgée par les vicissitudes de la vie, une voix qui a du potentiel, du relief et de la puissance. Une compo plutôt blues au cours de laquelle, les vocaux donnent la réplique à la guitare et surtout au piano de Steve O'Connor. Et elle chante superbement encore le "Soul shakin' romance", une plage de pop/rock/soul qui baigne au sein d’un climat réminiscent de la fin des 50’s, début des 60’s. Les cordes acoustiques de Dave the Cat sont un véritable régal tout au long de ce morceau qui aurait pu servir de 45trs dans un juke-box de l’époque. Une même atmosphère imprègne "Surrender", une ballade bluesy signée par son amie Lynn Jackson. Les échanges entre la voix de Miss Lescom et les chœurs sont sublimes, alors que discrètement, une gratte électrique montre le bout du nez. Plus acoustique, "Just pressed send" adopte un profil légèrement rock'n'roll que balise le piano et l'orgue de Steve. Excellent ! La voix rocailleuse de Cheryl parvient à se libérer d’arrangements subtils sur "Too much time", une piste davantage country voire americana. Elle la pousse un peu sur le rapide "Party girls". Un cocktail savant et délicat de rockabilly, de swing et de jazz, destiné à la danse. Et chante doucement et voluptueusement "It's not you, it's me", une ballade roots indolente, tout en affichant cette réserve de puissance toujours bien palpable. "Places I've been" est un autre titre issu de la plume de Lynn Jackson. La ligne mélodique est imparable. Les chœurs enveloppent la voix de Cheryl qui, lorsqu’elle s’emballe, force le respect. Réalisant la fusion entre rock’n’roll et r&b, "Nice mix of crazy" déménage littéralement, tout en lorgnant sans complexe vers une Tina Turner juvénile. Et les interventions de gratte ne sont pas sans rappeler son ex-époux, Ike. Que du bonheur! Face à l’orgue de Steve O'Connor, Ms Lescom interprète passionnément "Measure of a man". Cet excellent opus s’achève par "Twenty foot memory". La scène de Dave the Cat s'emballe tout au long de ce morceau rythmé, propice à la danse. Un fameux tempérament cette Cheryl !

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement