Solidarités 2017 : l’affiche ŕ ce jour (update 25/05/2017)

Samedi 26 août : Lost Frequencies, Brocken Back, Puggy, ...Lire la suite...

Ayo perd la tęte

Issu de la langue yoruba, Ayo, se traduit simplement par ...Lire la suite...

Big - Live in Europe

Écrit par Jean-Claude Mondo - mercredi, 02 aoűt 2017
Image
Danny Bryant
Blues/Roots
Jazzhaus / Coast Company

Danny Bryant n'est âgé que de 37 ans. C’est sans doute un des musiciens les plus respectés dans l’univers du blues/rock anglais. Son premier elpee, "Watching you!", remonte à 2002. En 2011, il a signé chez le label allemand Jazzhaus. Danny aime se produire au sein d’un trio ou d’un quatuor. Son dernier elpee studio remonte à l'année dernière. Intitulé "Blood Money", il avait bénéficié de la collaboration de Walter Trout et de Bernie Marsden. En janvier 2017, il avait accompli une tournée en Allemagne et aux Pays-Bas. C’est ce périple qu’il a immortalisé sur ce double long playing. Et pour la circonstance, il était soutenu par huit musiciens. Dont sa section rythmique impliquant le bassiste Alex Phillips et le batteur Dave Raeburn, ainsi qu’un guitariste rythmique, un claviériste et une section de quatre cuivres. L’œuvre est découpée en treize plages dont cinq sont issues du long playing "Blood Money", deux de "Temperature rising", paru en de 2014, et trois de "Hurricane", gravé en 2013.

Danny entame les hostilités par des morceaux issus de son répertoire, dont "Temperature rising", une excellente entrée en matière, suivi du long (10’ quand même !) et excellent "Just won't burn". Mr Bryant y démontre son talent sur les cordes, libérant en permanence un feeling bien personnel. Il nous sert "Prisoner of the blues", une autre superbe tranche de blues, transcendée par la richesse musicale de l'ensemble ; une piste traversée par une intervention à la trompette de David Maddison, qui remet le couvert sur "Holding all the cards". Les envols opérés sur les cordes par Danny sont impressionnants. Et sur "Blood Money", il en fait la parfaite démonstration. Le concert nous réserve trois belles reprises. Tout d’abord "Groaning the blues", un long blues lent signé Willie Dixon. Puis l’émouvant et tout aussi copieux "As the years go passing by", le plus grand succès décroché par le bluesman Fenton Robinson, en 1959 ; un titre repris par la suite par de nombreux artistes, dont le mythique Albert King. Sans grand éclat, le "Stop breaking down" de Robert Johnson clôt ce premier volet.

Du deuxième cd, on épinglera "On the rocks", que Danny attaque en picking, étalant toute sa virtuosité sur son instrument, dans un style digne d'Albert Collins…





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement