Texas a manifestement encore des planches…

Texas
Forest National
Bruxelles
14-11-2017
A ...Lire la suite...

Over yonder

Écrit par Jean-Claude Mondo - dimanche, 13 décembre 2015
Image
Jack Hustinx & The Southern Aces
Blues/Roots
Harlem / Hans Broere Promotion

Jack Hustinx n’est guère notoire dans l’univers du blues. Et pourtant, vu son potentiel, ce Batave pourrait bien s’y imposer. Et plus rapidement qu’on ne le pense. A cause de cet album. Citoyen d'Eindhoven, il partage son existence, depuis de nombreuses années, entre son pays natal et la ville d’Austin, au sein de laquelle la musique est reine. Au cours des trois dernières années, il y a énormément composé, et "Over yonder" constitue le résultat des diverses sessions qui se sont déroulées en 2014, entre la Hollande et la capitale du Texas.

Chez lui, Justin et Shiner Twins collaborent régulièrement. Une coopération qui s’est soldée par la confection de 3 long playings, entre 2006 et 2011. Au sein de ce band figure un formidable guitariste répondant au nom de Richard Van Bergen. En 2014, il avait d’ailleurs publié un superbe LP baptisé "Rootbag".

Aux States, Jack a rencontré des tas de musiciens, en compagnie desquels il a sympathisé. Et tout d’abord le chanteur Malford  Milligan (ex-Storyville). Ils avaient d’ailleurs déjà bossé ensemble sur "Sweet Cherry Soul", un LP paru en 2002. Il s’est également lié d’amitié à Derek O'Brien, le guitariste maison du club Antone's à Austin ; mais aussi à Harry Bodine (Delta Roux), un spécialiste de la slide. Au rayon de ses autre potes qui participent au projet, on épinglera l’accordéoniste/claviériste John Magnie et le batteur Steve Amedee, deux membres de Subdudes, un combo issu New Orleans, dont la musique oscille entre le zydeco, le R&B et le rock'n'roll…

Dominée par la voix impressionnante de Mulligan, "Life will humble you" s’ouvre dans la douceur, une superbe ballade alimentée par l'accordéon de Magnie et la guitare de Bodine. Mulligan et Hustinx chantent "Crawlin' up to the surface", une plage blues/roots ciselée par les cordes réverbérées de Richard Van Bergen. Swamp rock entraînant, "True true love" est magnifié par la sortie aussi bien efficace qu’impressionnante du Texan Derek O'Brien. Des effluves texans mais aussi louisianais contaminent l’atmosphère de "Good while it lasted". Les sonorités de gratte dispensées par Bodine sont bien métalliques, alors que Roal Spanjers aligne des arpèges sur son piano. L'accordéon de Spanjers entretient une excellente ambiance tex mex tout au long "Welcome to San Antone". Un climat qu’on retrouve sur "I won't surrender", une piste au cours de laquelle John Magnie se réserve le piano à bretelles, alors que Mullingan est au micro et Harry Bodine se consacre à la slide. Tendre ballade, "My soul – My inspiration" est tapissée par l'orgue Hammond de Spanjers. Le piano ‘honky tonk’ de Roel balise l’entraînant "That's where I draw the line". Le long playing nous propose encore deux jolies ballades roots : tout d’abord "Why do I keep loving you", puis "The rain came down", une composition colorée par le violon de David Perales. Enfin, blues indolent, "Walkin' waste of time" est entretenu par les ivoires et l'accordéon de John Magnie.

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement