Pour The Wombats , tout ce qui brille n’est pas or

“Beautiful People Will Ruin Your Life”, c’est le ...Lire la suite...

L'Alchimie Des Monstres

Écrit par Didier Deroissart - jeudi, 30 juillet 2015
Image
Klô Pelgag
Pop/Rock
Zamora Productions (Promotion : Undivided Entertainment)

Quand on évoque la scène musicale contemporaine du Québec, on pense le plus souvent à Lisa LeBlanc, Marie-Pierre Arthur ou encore Béatrice Martin (Coeur de Pirate). Faudra bientôt y ajouter Chloé Pelletier-Gagnon, aka Klô Pelgag, une jeune artiste âgée de 25 printemps.

Klô puise son inspiration aussi bien dans la peinture (Botero, Dali, Magritte), la littérature (Boris Vian) le théâtre (Ionesco), le cinéma (André Forcier, Jean-Claude Lauzon) que la musique (Vigneault, Debussy, Brel, King Crimson, Zappa, Chopin et Klaus Nomi). À l'oeil ouvert, l'oreille brillante et l'esprit déjanté –juste ce qu'il faut– elle s'évertue à confondre musique et mots. Souvent déroutants, ses lyrics abordent des thèmes graves comme la mort, la maladie, l'absence, l'abandon. Un peu comme une conteuse des temps modernes. Elle aurait aussi pu incarner un personnage de dessin animé. Plus dans un manga ou un Cobra que chez Disney, donc sans fées, ni prince charmant ; car elle veut communiquer un message réaliste, quoique parfois à prendre au second degré. 

A la fois magique, lyrique et énigmatique, son premier opus nous plonge au cœur d’un voyage mystérieux et subliminal. Le charme prend sa source au bord du fleuve Saint-Laurent, plus exactement à Rivière-Ouelle, petite bourgade à l'est du Québec. Les arrangements –piano et cordes (violon, violon alto, violoncelle et contrebasse)– sont signés par son frère Mathieu.

Chaque chanson se déroule comme un court métrage. Et les scenarii tiennent parfaitement la route. « Comme Des Rames » s'adresse aux célibataires. « Le Dermatologue » constitue une déclaration d'amour déguisée. « La fièvre Des Fleurs » aborde le sujet du cancer…

« Les Corbeaux » paraîtra en single juste avant son spectacle au BSF, qu’elle accordera ce 19 août. C’est le troisième issu de l’elpee. Cette chanson est bien balisée par les cordes. Et nous dépeint une lune envahie de corvidés. « Tunnel » nous entraîne au cœur d’un monde fantastique à la rencontre de sorcières, monstres et elfes ; une compo au cours de laquelle sa voix me fait penser à celle de Lisa LeBlanc voire de Marie-Pierre Arthur.

Exécuté sous la forme d’un duo piano/contrebasse, « Le Silence Epouvantail » est illuminé par des harmonies vocales somptueuses. Abordé dans l’esprit de Gilles Vigneault, « Rayon X » raconte l'histoire d'un savant fou. Entre Stars Wars et les époux Curie (Marie et Pierre Curie), il y a le radium. Plus expérimental, « Le soleil incontinent » est à appréhender au troisième degré.

Tout au long de « Taxidermie », elle pousse sa voix dans les aigus, afin de traduire les sentiments éprouvés par ses personnages. Après le remarquable « Les mariages d’oiseaux », le long playing s’achève par le ténébreux et mélancolique « La Neige Tombe Sans Se Faire Mal ».

L'album vient d’être réédité en édition de luxe. Habillé d’une couverture en impression or, il recèle un livret de 36 pages, au sein desquelles 16 dessins originaux ont été réalisés par autant d’auteurs différents. Et il est enrichi de 4 inédits.





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement