Butterscotch Hawaiian reste dans les parages

Ce 13 novembre paraîtra le nouveau titre de Butterscotch ...Lire la suite...

Love Frequency

Écrit par Didier Deroissart - jeudi, 10 juillet 2014
Image
Klaxons
Pop/Rock
Akashic / Warner Music

C’est en 2006 que j'ai découvert  Klaxons. Lors de l'émission Taratata présentée par Nagui. A l’instar de Franz Ferdinand, quelques années plus tôt. Le quatuor est né en 2005.  A Londres. Il publie d’abord deux singles prometteurs : « Magick » et « Golden Skans », avant de sortir un premier album, « Myths Of The Near Future », début 2007. Et le long playing est très bien reçu par la critique musicale anglaise. Il décroche notamment le prestigieux 'Mercury Music Prize', récompensant le meilleur album paru alors en Grande-Bretagne. Un prix décroché après avoir défendu cet elpee lors d’une tournée mondiale. Un périple qui avait rencontré un succès certain. Le deuxième elpee, « Surfing The Void », paraît en août 2010. Il ne satisfait pas les aficionados. Motif principal : ils n’y retrouvent pas l'electro/pop incendiaire du premier essai et estiment qu’il manque de relief. Il faudra de nouveau attendre 4 longues années pour voir sortir « Love Frequency ». Il est tombé dans les bacs ce 16 juin. Et le troisième opus est toujours considéré comme un tournant pour un groupe. Soit il passe, soit il casse…

Le disque s’ouvre par « A New Reality ». Une compo qui libère immédiatement de bonnes sensations. A cause des nappes de synthé réminiscentes des 80’s. Puis de la remarquable conjugaison des voix entre celles de James Righton et Jamie Reynolds. « There Is No Other Time », c’est est le premier single qui a précédé la sortie de l'album. Une invitation spontanée à rejoindre le dancefloor. Une compo manifestement influencée par Daft Punk. Les voix sont traitées au vocodeur. Funkysantes, les guitares adoptent un profil très Chic. Belle tentative, mais trop formatée à mon goût pour être irrésistible.

« Show Me A Miracle » constitue le second single extrait de ce troisième album. Du même style que l’autre. « Out Of The Dark » poursuit dans la même veine. Pas très convaincant, non plus. « Children Of The Sun » en revient à la formule qui a fait le succès du band. Une compo plus accessible et qui passe bien la rampe.

« Invisible Forces » est sculpté dans la pop la plus pure. Les claviers sont entraînants. Les harmonies vocales, empreintes de sérénité. Judicieusement électro, « Liquid Light » est une compo qui me botte bien. Les harmonies vocales dominent à nouveau leur sujet. « The Dreamers » est une plage raffinée par les nappes de synthés. Et c’est le titre maître qui achève l’opus. Bref, ce « Love Frequency » souffle le chaud et le froid. Il recèle quelques bonnes pistes, mais aussi des titres plus que dispensables. The Klaxons a voulu prendre un virage plus electro et funky. C’est dans l’air du temps, mais peut-être pas une bonne idée…

Klaxons se produira dans le cadre du festival de Dour ce 18 juillet. Il foulera également les planches du Botanique ce 15 novembre 2014. 

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement