Butterscotch Hawaiian reste dans les parages

Ce 13 novembre paraîtra le nouveau titre de Butterscotch ...Lire la suite...

No Filter

Écrit par Jean-Claude Mondo - mardi, 07 février 2017
Image
Michael Kaeshammer
Blues/Roots
Autoproduction / Sarah French Publicity

Issu de Vancouver, Michael est chanteur, pianiste, compositeur et producteur. D’origine allemande, ce pianiste virtuose multiplie les nominations aux différents Awards du Canada ; et tout particulièrement aux Juno Awards. Il est capable d’aborder des tas de styles et est même reconnu dans l’univers du jazz ! Il a appris à jouer du piano au cours de sa jeunesse, en Allemagne ; mais malgré sa formation classique, il s’intéresse et s’inspire rapidement, des pianistes du boogie woogie, Meade Lux Lewis, Albert Ammons et Pete Johnson. Sa première œuvre, "Blues Keys", est instrumentale ; et elle remonte à 1996. Enregistré à Toronto, "No filter" constitue déjà son onzième opus. Michael signe ou cosigne les neuf plages. Lors des sessions, il a reçu le concours d’une section rythmique, de cuivres et de quelques invités.

Boggie woogie saignant, "Letter from the road" ouvre la plaque. Et manifestement, ce musicien est un maestro aux ivoires. Il chante d’un timbre nasillard "Nothing seems to reach you", une ballade rythmée au cours de laquelle, épaulé par des chœurs et une section de cuivres, il triple piano, orgue et synthé. Il se sent également à l’aise lors des morceaux atmosphériques et sentimentaux. A l’instar de "Late night train". Autre chanteur/pianiste canadien, invité pour la circonstance, Denzal Sinclaire se consacre au mircro. Puis "Back into the pen". D’abord indolente et intimiste, cette plage se distingue par un superbe changement de rythme, mais également par une jolie intervention du Torontois William Sperandei, à la trompette. Instrumental, "West Coast Spirit" ne manque pas de charme. "Everybody catches love sometime" constitue certainement la plus belle plage de l’opus. Bien rythmée, elle est enrichie par le concours de Randy Bachman (ex-Guess Who, Bachman-Turner Overdrive), à la gratte. Egalement Canadien, Joel Artisien, mieux connu dans l’univers de la soul et du gospel, se réserve le micro sur le funky R&B "Sweet grace". Percussions et orgue dominent "Talk to me baby", une piste exotique aux accents latino-jazz. Et empreint de tendresse, l’instrumental "Sunset" clôt ce long playing.

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement