Une collaboration entre Musiczine et Jazzaround

Né en 1995, Jazzaround a longtemps été le ...Lire la suite...

Butterscotch Hawaiian reste dans les parages

Ce 13 novembre paraîtra le nouveau titre de Butterscotch ...Lire la suite...

Knock a hole in it

Écrit par Jean-Claude Mondo - samedi, 03 juin 2017
Image
Mr. Sipp
Blues/Roots
Malaco / Frank Roszak Promotions

Mr Sipp est originaire du Mississippi. Il a même été baptisé, Mississippi Blues Child. De son véritable nom Castro Coleman, il est chanteur et guitariste. S’il pratique le blues, depuis 2012, son enfance a été marquée par le gospel. En 2014, il a remporté l'International Blues Challenge de Memphis. Il a publié son premier opus, "It's my guitar", en 2013 et son deuxième, "The Mississippi Blues Child" (NDR : ce qui explique son pseudo !), en 2015. Les sessions se sont déroulées au sein du studio Malaco, chez lui à Jackson. Il y a reçu la collaboration de ses musiciens ainsi que des Jackson Horns. Il signe l’ensemble de son répertoire et assure la production. Si sa musique est largement amplifiée, on peut avancer que son blues est vraiment contemporain…

Le titre maître ouvre la plaque. Et dès les premiers accords, le spectre du dieu Jimi Hendrix plane. Puissante et bien à l’avant-plan, sa voix est très modulable. L’expression sonore est particulièrement électrique. Tapissé par l’orgue, le morceau met bien en exergue les grattes. Elles sont trafiquées, torturées, saturées, mais surtout bourrées de feeling. Se distinguant par leur versatilité, tout au long de l’excellent "Bad feeling". "Stalking me" est un R&B légèrement parfumé de funk. Les cordes sont aventureuses. Elles décollent à une cadence de plus en plus folle, libérant un flux de notes, mais toujours sous contrôle. Mr Sipp apprécie les ballades atmosphériques et mélodieuses. A l’instar de "Sea of love", un morceau alimenté par le piano, les cordes acoustiques et amplifiées ; bavarde, gourmande, ces dernières adoptent de toute évidence, le style fusion. Et encore de "Baby your mine", caractérisé par son envol tout en délicatesse et raffinement. Mais également de "Love don't live here anymore', au cours duquel la voix soul se love dans de superbes arrangements. Une voix qui demeure toujours aussi expressive tout au long du tendre r&b "Strings attached". Blues/rock classique, "Gotta let her go" est à nouveau tapissé par l'orgue de Carrol McLaughlin. Et quoique offensive, la guitare ne distille que les notes nécessaires. Le fantôme d’Hendrix refait surface sur "Going down"'. Castro torture ses cordes à l’aide de ses pédales. Il ne tient pas en place et ne manque jamais une opportunité pour s'évader, à la moindre occasion ! "Juke Joint" nous entraîne dans le delta Mississippi. L’artiste est en terrain connu et son funk rythmique, hypnotique, est attaqué à la manière d'un Howlin' Wolf… contemporain. De toute bonne facture, cet LP s’achève par une longue reprise du "Little Wing" de Jimi Hendrix, une superbe aventure, un hommage parachevé, sans réelle surprise, par l'adaptation de l'hymne américain…

 





 

Qui est en ligne

MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement