²

Spectrale
Metal/Prog/Noise
Les Acteurs de l’Ombre
...Lire la suite...

Pour The Wombats , tout ce qui brille n’est pas or

“Beautiful People Will Ruin Your Life”, c’est le ...Lire la suite...

A nos corps aimants

Écrit par Gaëtan Dewilde - lundi, 13 février 2017
Image
Olivia Ruiz
Chanson française
Polydor / Universal

Pas de grand dépaysement en vue sur ce cinquième album studio de celle qui restera à jamais « La femme chocolat ». La belle Olivia sait ce qui fait sa force et dose –savamment– son potentiel, tout au long de ce nouvel essai.

 « A nos corps aimants » est véritablement marqué par l’empreinte si caractéristique de la chanteuse originaire de Carcassonne. Elle bouscule un peu la chanson française dont le répertoire semble parfois si convenu. Sans ressasser les succès passés, Olivia Ruiz propose de nouveau sa douceur ferme, sa poésie crue, sa sobre musicalité enivrante… « Mon corps, mon amour », premier single, donne le ton de cet elpee découpé en douze morceaux. Pas de mauvaise surprise donc. Plutôt de l’étonnement de constater qu’il lui est encore possible de tirer sur cette même corde sur laquelle tient son répertoire sans que la créativité ne soit négligée pour autant.

« A nos corps aimants » manque pourtant un peu de tripes. Même si Olivia en met un peu des siennes en partageant des chansons comme « Nino mi nino ». Elle se dévoile, aussi en chantant « Duerme negrito » en compagnie de son père Didier Blanc. Mais le côté rock est un rien trop doux, un peu trop en retenue. « Tokyo eyes » fait ça très bien, ça envoie, mais ça nous laisse sur notre faim. Ce butin paraît donc bien maigre après avoir goûté au « Calme et à la tempête » ou s’être laissé séduire par « Miss Météores ». On regrette aussi la poésie perdue dans les textes. Qu’elles soient belles, drôles ou prenantes, Olivia propose habituellement des titres bien écrits, qui nous content des histoires souvent inattendues. « Volver », « Le tango du qui », « Le saule pleureur », « Les crêpes aux champignons »… Les exemples sont légion.

Un disque intelligent, savoureux mais pas assez puissant.

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement