The Machine That Made Us

Flotation Toy Warning
Pop/Rock
Talitres / V2
A ce jour, ...Lire la suite...

Texas a manifestement encore des planches…

Texas
Forest National
Bruxelles
14-11-2017
A ...Lire la suite...

The Fabulous Progerians

Écrit par Pierre Vangilbergen - mercredi, 14 octobre 2015
Image
The Fabulous Progerians
Metal/Prog/Noise
Hannibal’s

C’est par quatre gros coups de basse bien lourds que les Bruxellois de The Fabulous Progerians vous accueillent. Après six années d’existence, le band publie (enfin !) son premier album studio. Un opus éponyme. Une sobriété qui s’étend jusqu’à l’artwork du digipack, visiblement centré sur le rôle que peut jouer le cerveau chez l’homme. En témoigne ce contour de visage dessiné de profil, au milieu duquel une météorite semble illuminer un paysage embrumé, irradiant particulièrement dans le bas une ombre qu’on pourrait prendre pour un chamane ou un druide. Le message est clair : cet LP va s’attaquer à votre psyché.

A n’en point douter, The Fabulous Progerians milite dans le Sludge. Rythme lent, voire indolent, caractérisé par une basse à l’avant-plan et une guitare lourde et grave, le tout saupoudré de parties vocales écorchées et languissantes. Tous les ingrédients du genre sont au rendez-vous. En pas moins de onze pistes, les artistes nous emmènent en balade. Détendez-vous, laissez-vous guider tout au long de ce périple alternant entre longues routes et chemins sinueux. A l’instar de « Black Storm », une agréable randonnée qui s’achève en course folle où guitare, basse et batterie rivalisent crescendo en rapidité.

Ce parcours au pays du rocailleux est également une occasion d’inviter quelques potes à faire un bout de chemin. C’est donc avec un plaisir non dissimulé qu’on retrouve Alain Vandenberghe, vocaliste de Goddog, apportant de la couleur et quelques envolées vocales jouissives à « God Speed ». Ou encore Danny M., chanteur de Deviate, formation qui a marqué le paysage Hardcore belge dans nineties, sur l’hypnotique « Out of The Abyss ». Les musiciens se permettent également d’introduire quelques sonorités particulières, communiquant progressivement à ce long playing, une identité atypique. Comme ces allusions robotiques et futuristes, typiques SF, amorcées par exemple sur « God Speed » et poursuivies sur « Stellar ». Ou encore l’introduction de ligne de trompettes (oui, vous lisez bien !) sur « Collapse » et « This Earth is Flat ». Judicieusement dispensées, elles apportent un bon bol d’air frais (NDR : et bien mérité) au sein de ces compositions lourdes et intenses.

Autant ne pas le cacher, même si le style musical au sein duquel s’inscrit le combo permet de se défouler sans grande prise de tête, il n’en est souvent pas moins souvent répétitif et linéaire. Mais The Fabulous Progerians parvient à tirer son épingle du jeu en osant certaines échappées, adressant dès lors un pied de nez à la monotonie qui le guette. On aimerait néanmoins que les grains de folie soient plus nombreux, afin de dépasser cette apparente retenue et finalement laisser exploser ce cocktail Molotov. Se consumant pendant 45 minutes, il finit par ne jamais vous sauter à la figure. Vous avez aimé cet album ? Sortez de chez vous et allez applaudir TFP en live ; vous y vivrez un bon moment de Rock grinçant et crasseux !

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement