Musiczine recherche des collaborateurs.

Tu as une très bonne connaissance musicale et tu souhaites ...Lire la suite...

Red Clay Soul

Écrit par Jean-Claude Mondo - mercredi, 21 septembre 2016
Image
Tinsley Ellis
Blues/Roots
Heartfixer / Robbie Klandermann Promotions

Originaire d’Atlanta, en Georgie, Tinsley Ellis est âgé de 59 ans. En 1979, ce chanteur/guitariste militait au sein des Alley Cats, en compagnie de Preston Hubbard, un futur Fabulous Thunderbirds. En 1981, il forme les Heartfixers, avec l’harmoniciste noir, Chicago Bob Nelson. En 1988, il est signé par le célèbre label blues de Chicago, Alligator, pour lequel il publiera pas moins de huit albums. En 2013, il monte sa propre écurie, Heartfixer Music. Et il vient d’y graver son quatrième opus, "Red Clay soul". Tinsley a composé seul ou en partenariat les dix plages. Les sessions d’enregistrement se sont déroulées au Rock House, à Franklin, dans le Tennessee, un studio qui appartient à Kevin McKendree. Ce dernier s’est chargé de la production et se réserve toutes les parties de claviers. C’est un pote à Tinsley, depuis une vingtaine d’années ; il a d’ailleurs collaboré à la réalisation de plusieurs albums précédents.

Excellent, "All I think about" est marqué au fer rouge par Tinsley Ellis. Autoritaire, la voix est bien mise en avant et les cordes sont parfaitement adaptées à son timbre et ses inflexions. Une gratte rythmique amorce "Givin’ you up", une ballade soul à la mélodie accrocheuse. Soutenu par celle d’Oliver Wood, sa voix est très expressive. L’orgue Hammond est particulièrement chaleureux. La guitare solo se promène dans le décor sonore, suivant son inspiration. Tinsley émet un gémissement dans son harmonica. Jon Tiven a coécrit "Callin’", une autre ballade que souligne la voix féminine de Wendy Moten. "Anything but go" est plus remuant. Un R&B toujours tapissé par l’orgue de McKendree. Les interventions de cordes sont soignées. Un cri transperce le paysage sonore. Ballade indolente, "Hungry woman blues" est enrichi de cordes électroniques, alors que mélodieuse, la guitare s’exprime sans la moindre réserve. Blues nerveux, "Circuit rider" est impeccablement balisé par la section rythmique (NDR : Lynn Williams aux drums et Steve MacKey à la basse) ; une piste qui rappelle un classique du genre, "The hunter", un morceau jadis célébré par Albert King, au cours duquel Tinsley et Kevin McKendree se partagent les grattes. "Don’t cut it" est une plage très rythmique. Même l’orgue Hammond entretient le profil de ce titre enchanteur. Dépouillé à l’extrême, "Party on one" est un blues indolent. Kevin siège derrière le piano électrique. Minimalistes mais recherchées, les notes de guitare sont chargées de feeling et d’une limpidité extrême. La voix est à la fois écorchée, vive et passionnée. Une seule plage instrumentale : "Estero noche". Teintée d’exotisme et émouvante, elle est largement inspirée par Carlos Santana ; cependant, vu l’excellence du toucher de cordes, on ne peut que tirer son chapeau à l’artiste. "The bottle, the book or the gun" clôt ce long playing. Un autre grand moment de blues exprimé en totale sensibilité. Tout y est : la mélodie imparable, la voix si fascinante, les claviers de McKendree et cette guitare, dont les interventions parcimonieuses, reflètent un véritable amour des cordes. Excellent !

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement