The Machine That Made Us

Flotation Toy Warning
Pop/Rock
Talitres / V2
A ce jour, ...Lire la suite...

Un goűt de gris pour Flox…

Alias Flox, Florian Gratton a publié son nouvel album, ...Lire la suite...

Blood Moon

Écrit par Jean-Claude Mondo - lundi, 27 juin 2016
Image
Too Slim and The Taildraggers
Blues/Roots
Underworld / Vizztone

Too Slim and The Taildraggers compte déjà trente ans d’existence. Etabli à Spokane, dans l'Etat de Washington, il est drivé par le chanteur/guitariste/compositeur Tim ‘Too Slim’ Langford. Son style de prédilection ? Le blues/rock. Qu’il propose en format trio. Un format idéal pour le style. Aujourd’hui, le line up de son backing group implique le batteur Jeff ‘Shakey’ Fowlkes et le bassiste Robert Kearns. A l’actif de l’équipe, une vingtaine d'elpees. Pour enregistrer "Blood Moon", la formation a décidé de se délocaliser à Nahsville, soit ‘The place to be’, en matière de musique roots. Les musicos se sont enfermés dans le studio The Switchyard pour mettre en boîte les dix plages de l'opus, toutes signées par Langford!

"Evil mind" ouvre le feu, dans un style proche de Jimi Hendrix. Le chant colle bien au style. Autoritaire, il est talonné par la guitare qui attend l'ouverture pour prendre le large. Tim triture ses pédales pour distordre le son de ses cordes, comme ce bon Jimi. L'intro de "Blood Moon" est parfaitement ciselée. Hendrixienne, classieuse, la guitare tisse sa toile tout au long de cet excellent blues lent. "Twisted rails" est une piste bien plus personnelle. Le chant est autoritaire. Les riffs son solides. Mais aventureuses, les cordes profitent de la moindre occasion pour décoller afin de se teinter de belles couleurs acides. Et en fin de parcours, le trip parvient encore à changer de tempo. Plus classique, "Get your goin' out on" correspond mieux à la formule trio. Particulièrement accrocheuse, la rythmique lorgne vers ZZ Top ; Langford empruntant même le timbre vocal élimé de Billy Gibbons. Superbe ! Des accords puissants amorcent "Gypsy". Tel un murmure, la voix est douce. Elle prélude un trip qui frôle l’univers du psychédélisme, en s’envolant vers les sommets. La meilleure piste de cet LP. "My body" évolue encore sur un rythme indolent. Légèrement éraillée, la voix susurre des mots. Le climat est à la fois paisible, dépouillé et troublant ; mais tout en respectant le sens mélodique, la guitare trouve facilement son chemin. Epatant ! Des accords puissants précèdent une invitation à un "Dream" propice au voyage. Les voix sont atmosphériques. Elles se conjuguent au cœur d’un refrain séduisant. Mais la guitare finit par nous emporter dans son périple luxuriant, acide, psychédélique… Caractérisé par ses accords de gratte rock’n’rollesques, "Letter" en revient au blues/rock. "Good guys win" est une plage véloce, entraînante. Les musicos reprennent en chœur une succession de ‘It's allright’ Les cordes adoptent d’abord un profil surf très métallique, avant qu’elles ne se mettent à tourbillonner dans tous les sens. D’excellente facture, cet opus s’achève par une version instrumentale de "Twisted rails", rebaptisée pour la circonstance "Slight return". La guitare est atteinte d’un accès de folie total, alors que Sharkey Fowles tape sur ses fûts comme un forcené. Too Slim and The Taildraggers viennent de signer leur meilleur album à ce jour. 

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement