IV

Highway
Metal/Prog/Noise
Dooweet / Season of Mist
...Lire la suite...

The Engine Cries

Superscream
Metal/Prog/Noise
Replica Promotion / Domino Media ...Lire la suite...

Better days

Écrit par Jean-Claude Mondo - dimanche, 27 aoűt 2017
Image
Willa
Blues/Roots
Building / Frank Roszak Promotions

Avant de monter son propre projet, Willa Vincitore militait au sein du Chris O’Leary Band. Cette chanteuse/compositrice vit à Hudson Valley, dans l'Etat de New York. Elle est capable d’évoluer au sein de différents styles ; que ce soit le blues, la soul, le rock, le funk et même la pop. On la compare souvent à des artistes notoires comme Susan Tedeschi, Shemekia Copeland ou Bonnie Raitt. Pour concocter son premier elpee solo, elle a reçu le concours d’excellents musiciens. Partagé en 12 pistes, cet opus a été co-produit par Lee Falco et Brandon Morrison, respectivement, batteur et bassiste de son backing group.

Imprimé sur un tempo enlevé, "Love looks good on me" est enrichi d’une section de cuivres. Le registre vocal de Willa est large. Son gratteur, Chris Vitarello, s’autorise le premier billet de sortie. Après un changement de tempo, les chœurs gospel entrent dans la danse. Le piano électrique de Scott Milici est bien mis en exergue tout au long du r&b dansant, "Stop, drop and roll". Et dans le même style, Jay Collins se fend d’une excellente intervention au saxophone sur "Hooked on you". Son ancien partenaire, Chris O'Leary, apporte son concours sur le très bon blues rythmé "Hey little sister". Au chant, mais également à l’harmo. Et ses incursions affûtées sur la musique à bouche enflamment celles de Vitarello, sur sa six cordes. Excellent ! Dépouillée, "Caroline" est une ballade folk entretenue par le piano et les cordes acoustiques de Pete Hop. Amorcé par la slide, "Mama needs some company" est un blues rythmé de très bonne facture. Le piano et les cuivres tirent leur épingle du jeu ; et la voix de Willa se détache impeccablement de l’ensemble. Dans le même style, "Crazy man" est galvanisé par la section rythmique, alors que Vitarello laisse exploser ses cordes! Caractérisée par les accès de trompette dispensés par Reggie Pittaman, "Opposite of lonely" baigne dans le jazz cabaret. Cet opus s’achève par le country/blues acoustique "Demons". La voix affiche une grande sérénité et le bottleneck alimente les sonorités métalliques…

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement