Les Nuits Plasma 2017 : la programmation (update 23/10/2017)

L’édition 2017 des Nuits Plasma se déroulera ...Lire la suite...

Pour The Wombats , tout ce qui brille n’est pas or

“Beautiful People Will Ruin Your Life”, c’est le ...Lire la suite...

City sun eater in the river of light

Écrit par Béber - mercredi, 04 mai 2016
Image
Woods
Pop/Rock
Woodsist / Konkurrent

Depuis 2005, malgré plusieurs changements de line up, Woods continue de briller sur la scène musicale. Une formation issue de Brooklyn qui jamais ne flirte avec le mauvais goût. Et qui, en outre, continue de publier des œuvres incontournables. Et ce « City sun eater in the river of light » ne déroge pas à la bonne règle. Son neuvième album studio est peut être son plus abouti commis à ce jour ; et constitue certainement un des meilleurs de ce premier semestre.

A l’instar des elpees précédents, la bande à Jeremy Earl a assuré le boulot de A à Z : de l’écriture au mastering en passant par l’enregistrement. Et pas seulement ! « City Sun Eater in the River of Light » paraît sur le propre label, Woodsist du band (NDR : une écurie qui héberge notamment Ducktails, Moon Duo et Real Estate) et la production a été confiée au bassiste, Jarvis Taveniere. Si une telle emprise lors de la conception d’un album, sans devoir faire face au moindre ‘contre-pouvoir’, peut se révéler néfaste ; force est de constater que sur cet LP, tout est parfait.

Le long playing commence d’ailleurs très fort par« Sun City Creeps », une piste magnifiée par les trompettes et dynamisée par la guitare. Le temps d’un morceau, Woods nous entraîne du côté de la frontière mexicaine. Avant d’en revenir à un style plus académique, fruit d’un mélange entre folk, rock et psyché. Woods se consacre à la lap steel (« Morning Light »), se réserve l’un ou l’autre solo de guitare (« Creature Comfort ») ou encore tapisse la compo d’orgue (« Can’t See At All »). Il parvient constamment à insuffler de l’énergie à chacune des compositions, à l’instar de l’excellent « The Other Side », un des temps forts de cet album.

Les mélodies sont, en général, atmosphériques et paisibles. Mais surtout elles sont illuminées par le falsetto de Mr Earl.

Woods vient de graver un album tout bonnement remarquable. Et après nous avoir littéralement scotchés, le band new-yorkais va se produire près de chez nous, d’ici un bon mois ; soit le 20 juin à Aéeronef de Lille le 20 juin et le 23 au DOK de Gand.





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement