Les Nuits Plasma 2017 : la programmation (update 23/10/2017)

L’édition 2017 des Nuits Plasma se déroulera ...Lire la suite...

Garciaphone, mangeur de rêve…

C’est ce 10 novembre que paraît le deuxième ...Lire la suite...

Une 'Machine' de guerre gothique et flamboyante

Écrit par Philippe Bauwens - vendredi, 30 mars 2012
Image
Florence + The Machine
Ancienne Belgique
Bruxelles
31-03-2012

On l'attendait au tournant, la Florence. Après le hype énorme suscité par son dernier opus et le succès évident de sa tournée (le concert de l'AB sold-out en quelques minutes et des tickets qui s'échangent à plus de 150 EUR sur ebay), nombreux étaient ceux qui se réjouissaient déjà de pouvoir descendre en flamme la nouvelle ‘diva’. Et bien non, qu'on aime ou pas sa musique, il faut reconnaître que Florence assure un max sur les planches…

On remarque tout d'abord le décor de la scène, 'dark' à souhait: des tentures noires, des représentations de vitraux d'église, des musiciens habillés... en noir! On sent que la grand-messe va commencer. Assurant le supporting act, Spector n’est pas parvenu à nous séduire en dispensant une powerpop simpliste inspirée par les Buzzcocks. Par contre, lorsque Florence Welch pénètre sur la scène, vêtue d'une large cape de jais, le vacarme est assourdissant et on mesure immédiatement l'étendue du succès de ce groupe.

En grande prêtresse, Florence entame alors le concert par les très majestueux "Only For A Night" et "What The Water Gave Me". Elle est assez grave et statique mais à la fin du second morceau, elle commence faire virevolter sa pèlerine et on se rend compte qu'elle en a ‘sous la pédale’. Impression qui se confirme plus tard quand "Cosmic Love" explose à la lumière des stroboscopes ou lorsque Florence tombe la cape pour courir sur la scène comme une possédée pendant "Between Two Lungs". Après le très mystique "Shake It Out" et avant d'entamer "Dogdays", elle se souvient de la première fois qu'elle s’est produite à l'AB, en première partie de MGMT. La formation avait dû dormir dans la voiture sur le parking. Et de remercier le public de lui permettre, cette fois-ci, de passer la nuit dans un hôtel! Au cours de "Dogdays", elle réussit avec une aisance déconcertante à accumuler une longue pression avant de faire exploser tout le public sur place comme des dingues, montrant une maîtrise étonnante de la dynamique d'un spectacle. Regardez ce moment étonnant en vidéo ici 

Un moment pour souffler ensuite lors de belles versions acoustiques de "Heartlines", "Leave My Body" et "Lover To Lover", où on apprécie l'incroyable versatilité de la voix de cette chanteuse hors pair. Ensuite, le set repart plein pot grâce à "You've Got the Love" et surtout "Rabbit Heart (Raise It Up)", qui exhale un parfum de Björk. Sur ce dernier morceau, Florence demande aux garçons qui sont accompagnés de leur girlfriend de la hisser sur leurs épaules. Et on voit alors plusieurs dizaines de filles émerger de la foule comme des fleurs qui éclosent : funny! Florence + The Machine clôture enfin sa prestation par "Spectrum", titre au  cours duquel transparaissent les influences gospel de cette ancienne choriste d'église.

Lors du rappel, le band va nous réserver deux morceaux totalement hypnotiques, "Never Let Me Go" et "No Light, No Light", deux perles tirées de "Ceremonials". Le ‘cérémonial’, justement, se clôture sur les arpèges jouées en douceur à la harpe par Tom Monger. Et n'oublions pas de présenter les autres –excellents– musiciens, Robert Ackroyd à la guitare, Christopher Lloyd Hayden à la batterie et Isabella Summers aux claviers. Regardez ici la vidéo de "No Light, No Light".

Au moment d’établir le bilan, il faut admettre que tous les ingrédients d'un grand spectacle étaient réunis ce soir: une musique captivante, un son et des lumières parfaits, et surtout une artiste exceptionnelle, habitée, d'une sensibilité à fleur de peau, capable de tenir toute une salle ‘dans la paume de sa main’ pendant tout un concert. Enfin, l'alternance entre les morceaux plus gospel, plus sombres du dernier album et les titres plus pop-rock de "Lungs" a contribué à rendre l’ensemble parfaitement équilibré.

Florence sur scène: une 'Machine' de guerre gothique et flamboyante!

Setlist

Only If For A Night
What the Water Gave Me
Cosmic Love
Between Two Lungs
Shake It Out
Dog Days Are Over
Heartlines
Leave My Body
Lover To Lover
You've Got the Love
Rabbit Heart (Raise It Up)
Spectrum

Rappel:

Never Let Me Go
No Light, No Light

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement