²

Spectrale
Metal/Prog/Noise
Les Acteurs de l’Ombre
...Lire la suite...

Un goût de gris pour Flox…

Alias Flox, Florian Gratton a publié son nouvel album, ...Lire la suite...

Troisième sold out à l’AB en 7 ans !

Écrit par Didier Deroissart - lundi, 01 décembre 2014
Image
Julien Doré
Ancienne Belgique
Bruxelles
02-12-2014

L’hiver est à nos portes. Dehors, il fait froid. Pour se réchauffer, rien de tel qu’une petite tartiflette avant de faire la file (NDR : les ‘Plaisirs d'Hiver’ sont à deux pas), déjà assez conséquente, avant de récupérer mon sésame au guichet de l’AB. Et pourtant, il n’est que 18h00. Ce soir Julien Doré se produit dans la grande salle ; et à peine entré dans la vénérable institution, je fonce au balcon pour disposer d’une place assise…

Le supporting act est assuré par Maryvette. Aka Maryvette Lair, elle est née en 1984. Elle vient donc de fêter ses 30 ans. Une artiste qui nous vient du monde du cirque. Cette chanteuse est également comédienne et trapéziste. Elle avait ainsi participé à l'aventure X Factor, en 2011. Elle va exécuter son show devant le rideau rouge. Elle est soutenue par Feed. Coiffé d’un chapeau, il se consacre à la sèche. Les deux musicos se servent cependant parfois de claviers, installés à proximité. Maryvette est venue présenter son nouvel Ep, « Embrasse-Moi Superman ». Elle a assuré la première partie de Julien à l'Olympia, mais c’est la toute première fois qu’elle accorde un concert en Belgique. Sa voix est bien maîtrisée, mais la musique est plutôt légère. A contrario, interprétés dans la langue de Voltaire, les lyrics véhiculent un message. Qui reflètent sa forte personnalité et qu’elle tente de faire passer à l’aide d’un humour, ma foi, souvent cocasse. En 30 minutes elle va nous réserver « La Fille En Face De Moi », « Viens Voir Tata », « C'est Toujours », « I Remember », « Au Bord De La Mer », « Oh Johnny Johnny » et enfin « Sentiment ».

Après un petit coup de feu, le rideau s'ouvre enfin à l'heure prévue. Au-dessus de la scène, trône le sigle ‘LØVE’. Lumineux, il va briller pendant plus de deux heures aux couleurs vives du light show, mis en place par la régie de Julien. Les musiciens sont répartis sur une structure à deux niveaux. Un escalier ‘rutilant’ est posé de chaque côté de cette structure. Le sourire aux lèvres, Julien débarque au milieu des fumigènes. Il est vêtu d’un costume noir ; ce qui va permettre au light show de donner davantage de relief à sa silhouette. Les premières notes de « Viborg » résonnent. Puis s’enchaînent « Hôtel Thérèse », « Habemus Papaye », « London Nous Aime » et « Chou Wasabi », quatre extraits du dernier elpee, « LØVE ». Dès le départ, une communion s’établit entre Julien, ses musicos, et le public, composé pour la plupart d’aficionados. Julien reste humble tout en dégageant une énergie hors du commun. Paradoxalement, il est bien dans sa tête et se permet des accès de folie. Ce qui explique pourquoi on l’apprécie…

« Kiss Me Forever » est le titre très attendu. Un premier grand moment de la soirée. A cet instant, la communion entre le public et le band est totale. Julien s’installe ensuite derrière un piano pour attaquer « Memories ». Il a le sens de la dérision et pose une boule à facettes sur la tête. Eclats de rires partagés. Tout comme pour « Panda Roux », moment au cours duquel il se prend pour un Musteloidea. Néanmoins, on se rend compte que toute la mise en scène est réglée comme du papier à musique. De temps à autre il va tapoter sur des claviers. Ou s’approche de ses musicos pour toucher leurs instruments du bout des doigts. Il empoigne un ukulélé pour attaquer « Heaven ». De quoi se rendre compte que c’est aussi un excellent musicien. Il invite le public à donner de la voix pour « Winnipeg ». La foule reprend alors le refrain en choeur : ‘I want to go to Winnipeg with you’. Julien nous signale que toute son équipe vient de Paris. Il confesse adorer Bruxelles, la Belgique ainsi que la Jupiler ; et qu’en outre, il vient de remplir l’Ancienne Belgique 3 fois de suite en 7 ans. Il est heureux et fier de nous le rappeler.

Plutôt rock’n’roll, « Les Limites » est une compo qui remonte à ses débuts. Il embraie par l’énergique « Paris-Seychelles », moment choisi pour se percher face à votre serviteur, sur les rampes des balcons, faire le pitre puis redescendre dans la fosse qu'il traverse pour rejoindre le podium. Un parcours réalisé sous les confettis que propulse un canon. « Les Bords De Mer » est une très jolie chanson. Tout comme « Bleu Canard ». Deux morceaux à la fois doux et intenses. Place ensuite au dernier single, « On Attendra l'Hiver ». On sent la fin. Il y a plus de 90 minutes que Julien est sur les planches. Il passe alors à « Corbeau Blanc », un des morceaux les plus aboutis de « LØVE ». Tout comme en début de show, un écran de fumée s’élève. Julien interprète alors « Mon Apache », avant de disparaître sous des faisceaux de lumières blancs et rouges, sans pour autant oublier de saluer son auditoire.

Julien revient seul et s’installe derrière le piano pour aborder « Laura Non C'è », un morceau empreint d’émotion. Avant d’embrayer par la cover du célèbre « Je Suis Venu Te Dire Que Je M'en Vais » de Gainsbourg. Le set s’achève alors par « Paris-Seychelles », d’abord en version piano/voix, avant que les musiciens ne réapparaissent pour relancer la machine une toute dernière fois. Une belle soirée au cours de laquelle Julien Doré a renforcé les liens qui le lient au public belge…

(Organisation : Ancienne Belgique et Nada Booking)
 
Voir aussi notre section photos ici

 

 

 





 

Qui est en ligne

MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement