Montserrat

Ivor S.K.
Blues/Roots
Autoproduction / Frank Roszak Promotion ...Lire la suite...

Le multi-instrumentiste Ian McDonald refait surface…

Honey West, c’est le nouveau projet monté par Ian ...Lire la suite...

De l’art de susciter un rappel !

Écrit par Didier Deroissart - mardi, 23 février 2016
Image
Lanterns On The Lake
Botanique (Rotonde)
Bruxelles
24-02-2016

Plus de 200 personnes sont venues assister au concert de Lantern On The Lake, à la Rotonde du Botanique. C’est la dernière date de sa tournée. Issu de Newcastle, la formation est venue défendre son dernier album, « Beings » paru en 2015. Il s’agit de son troisième. Un test, puisqu’en général, soit l’aventure passe ce cap, soit elle tourne court…

Quatuor hainuyer, Bathernay assure la première partie. Nicolas (NDR : coiffé d’une casquette, c’est le petit nerveux) en est le chanteur/guitariste. Et le leader. Il est soutenu par le drummer Guilhem (Eric In The Kitchen, Tsuki Moon), le second gratteur Eric (Eric In The Kitchen) et le bassiste Nicolas Devos (NDR : plutôt de grande taille), qui a remplacé Oli, il y a une quinzaine de jours. A ce jour, le combo a publié un premier album. Baptisé « Moldy », il recèle 8 plages. 

Les quatre musicos se placent en ligne. Et on est parti pour une demi-heure de show en 4 morceaux. Faut dire que le premier dure 10 bonnes minutes. Intitulé « Love », il bénéficie d’une longue intro post rock –jouissive par ailleurs– avant de glisser dans le math rock. Et c’est la voix qui sert de modérateur au sein de cet univers sonore plutôt complexe, atmosphérique, expérimental et propice à la méditation…

Hazel Wilde se consacre aux vocaux, au piano et à la guitare (semi-acoustique ou électrique). Si elle possède une très belle voix, elle a un accent à couper au couteau. Digne de la chanteuse de Texas, Sharleen Spiteri (NDR : Newcastle, n’est plus très loin de l’Ecosse…) Angela Chan se réserve le violon, Oliver Ketteringham, les drums, Paul Gregory, la seconde gratte (NDR : c’est un gaucher !) et Bob Allan, la basse. Encore que les musicos changent quand même souvent d’instrument, et tout particulièrement Paul. Mais de gratte, qu’il joue aussi parfois, à l’aide d’un archet.

Lanterns On The Lake ouvre le set par « Of Dust & Matter », un premier extrait du nouvel album. Hazel siège derrière les ivoires pour entamer le set. Sa voix me fait penser à celle de Siouxsie Sioux. Puisant ses sources dans l’univers du folk, la musique de Lanterns On The Lake est à la fois douce, aérienne, mélancolique, délicate et chargées de feeling. Le violon d’Angela accentuant ces diverses émotions. « Another Tale From Another English Town » est un morceau particulièrement contagieux. Plus élaboré, « Faultlines » monte progressivement en puissance et s’achève dans un climat bruitiste réminiscent de Mogwai voire de Sigur Ròs…

« Through The Cellar Door » et « The Buffalo Days » sont interprétés d’une seule traite. Hazel demande de passer au marchandising après le show. Elle signale également qu’un rappel est prévu, mais qu’il est nécessaire d’applaudir et de taper du pied pour convaincre le band de revenir. Ce qui provoque de grands éclats de rire dans l’auditoire. Qui marche dans la combine et bénéficie quand même d’un ‘encore’…

La banane aux lèvres, Hazel et sa troupe reviennent interpréter « Outline » et une version de 5 bonnes minutes d’« I Love You, Sleepyhead ». Un chouette concert !

(Organisation : Botanique)

 





 

Qui est en ligne

Il y a actuellement 1 invité en ligne
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement