Pour The Wombats , tout ce qui brille n’est pas or

“Beautiful People Will Ruin Your Life”, c’est le ...Lire la suite...

Sur pilotage automatique…

Écrit par Didier Deroissart - lundi, 14 décembre 2015
Image
Stephan Eicher
Cirque Royal
Bruxelles
15-12-2015

Auteur, compositeur et interprète, Stephan Eicher est né le 17 août 1960 à Müchenbuchsee, près de Berne. Il réalise également des œuvres graphiques sous un pseudo. C’est en 1980 qu’il fonde Grauzone, en compagnie de son plus jeune frangin, Martin. La scène musicale zurichoise baigne alors dans l’électro/indus. De cette aventure, au cours de laquelle il va publier trois elpees, on retiendra surtout le tube planétaire « Eisbär ». Parallèlement, il embrasse déjà une carrière en solitaire, et grave, dès septembre 80, un premier opus solo, à l’aide d’un dictaphone : « Spielt The Noise Boys ». Depuis, on peut dire que l’artiste suisse a fait du chemin, un parcours jalonné de 13 long playings et de toute une volée de hits, dont les plus notoires « Déjeuner en paix », « Combien de temps » ainsi que « Des hauts des bas ».

Son dernier LP, « l’Envolée » remonte à 2012. Mais aujourd’hui, il est reparti en tournée afin de défendre son nouveau projet au cours duquel il confronte l’homme et la machine. Pour réaliser ce concept, il a pu compter sur Reyn Ouwehand, un musicien, mais également un orfèvre en technologie mécanique. Sur les planches, il est seul, armé d’une guitare, parfois assis derrière son piano, face à ses machines. En fait, des instruments organiques automatisés. Il y en a sept. Il commande une partie d'entre elles à l'aide d'un pédalier et une autre de sa guitare. Le système de boucles déclenche les machines et dicte la marche à suivre. Il a d’ailleurs baptisé ce spectacle ‘Stephan Eicher und die automaten’. Tout au long de celui-ci, il va revisiter son répertoire, mais également présenter de nouvelles compos coécrites en compagnie de deux écrivains. Un Français : Philippe Djian ; et un Helvète : Martin Suter. Ces morceaux n’ont pas encore été gravés sur support et sont proposés sous une forme différente, selon son inspiration ainsi que de la réaction du public, lors de chaque concert. Quelque part, Mr Eicher en revient aux sources, quand il se produisait seul, sur les planches, en se servant de boîtes à rythmes, de séquenceurs et de synthétiseurs monophoniques.

Pas de supporting act. Stephan monte seul sur l’estrade au milieu de son orchestre robotique : un piano, un orgue d'église, un kit de batterie constitué de deux caisses claires, d'un tom basse et d'une grosse caisse, un accordéon, un glockenspiel, des clochettes et un xylophone. Si vous n’êtes jamais allé au Musée des Automates de Souillac, dans le Périgord, vous allez en aurez ici un bel aperçu. Le look à la d’Artagnan, il est vêtu d’une chemise blanche et d'un costume complet 3 pièces de couleur noire. Le lightshow est particulièrement élaboré. Suivant les compos, il est intimiste voire cosy ou alors carrément dynamique, et notamment lorsque trois projecteurs descendent de cintres grâce à des bras articulés, chaque note produite par l’automate s’illuminant au moment où elle est jouée. Et tout particulièrement lors de « Déjeuner En Paix », moment au cours duquel ce mécanisme en accordéon monte et descend des leds au gré des notes de musique, pendant que l’orgue s’illumine.

Stephan est un pince-sans-rire ; et va nous le démontrer tout au long de son set. Ainsi, avant d’attaquer « Prisonnière », il signale que vu sa nationalité, il doit parler la langue la plus utilisée au monde : le mandarin. Mais que son instruction s’est arrêtée au passé simple. Puis il a lu les journaux grecs qui parlaient de crise, mais c’est une langue morte. Il ne jouerait du piano que depuis peu de temps. Avant de proposer une nouvelle compo : « La prisonnière ». Parfois difficile de détecter le vrai du faux. Mais souvent ses propos déclenchent l’hilarité générale. Il demande à l’auditoire de frotter deux doigts afin d’imiter le bruit de la pluie, ajoutant ‘Comme à Bruxelles et pas Knokke-le-Zoute ; et vous arrêtez quand vous connaissez la chanson. Bon, je me concentre’. Il raconte l'histoire de Nikola Tesla, un Serbe émigré aux States, qui a inventé le Tesla Coil, une machine capable de cracher des arcs de 250 000 volts et qui produit des sons lorsqu’ils s’entrechoquent. C’était également un proche collaborateur de Thomas Edison. Et Stephan va tout particulièrement utiliser cette machine, lors de « Déjeuner En Paix ». Il évoque également le hamster que tout le monde a dans sa poche et qu’on retourne sur le dos en lui caressant les parties génitales : l’iPhone. La foule se lève et applaudit. En empoignant une bouteille d'eau, il confesse que dans chaque ville où il passe, il aime bien goûter l'eau du robinet. Il en demande un verre et conclut qu’elle est très bonne. Il nous révèle ses propres définitions de ‘medley' et de 'pot pourri'. Et elles finissent par devenir alcoolisées… Avant d’attaquer, justement un medley ou un pot pourri, selon. Mais bien tassé !

Stephan Eicher interprète deux morceaux en suisse alémanique, « Gang Nid Aso » et la cover de Mani Matter, « Hemmige ». C’est sa langue natale. Il n’y manquait que quelques violons. M’enfin, l’accordéon a pu s’en donner à cœur joie.

Et le spectacle de s’achever définitivement par « Tu ne me dois rien ». Il demande alors à l’auditoire de programmer son hamster 4 minutes après le début de la chanson, en y prévoyant la sonorité du réveil. En fin de parcours, toutes les mélodies des GSM se déclenchent, provoquant une fin aussi inattendue que magique.

(Organisation Live Nation)

Setlist:

1. Si tu veux que je chante (nouveau)
2. Two People in a room
3. Voyage

4. La Prisonnière (nouveau)
5. Rivière
6. Combien de temps
7. Hemmige
8. Oh Ironie
9. Combien de temps
10. Gang nid äso (nouveau)
11. Déjeuner en paix
12. Eldorado
13. Pas d’ami comme toi
14. Ce peu d’amour

Rappel:

15. « Poissons alcoolisés : Campari Soda / Ce soir je bois / Tous les bars / Silence / Manteau de gloire / Campari Soda » Medley / Pot-pourri
16. Hemmige
17. Tu ne me dois rien

(Organisation : Live Nation)

Les prochains concerts

En Belgique 

  Fev 05 Maison de la Culture Tournai
  Mar 05 Maison de la culture Soignies      

En France

  Jan 15 Théâtre Le Colisée Lens
 
Jan 16 Le Colisée Roubaix   
 
Jan 22 Théâtre de l'Archipel-Grenat Perpignan 
 
Jan 23 Théâtre Corbeil-Essonnes  
 
Fev 09 Le Sémaphore Cebazat 
 
Fev 10 Centre Culturel Théo Argence Saint-Priest 
 
Fev 11 Palais des Festivals Marseille 
 
Mar 03 Théâtre des Jacobins Dinan
 
Mar 04 Théâtre Municipal Béthune
 
Mar 09 Espace Charles Aznavour Arnouville
 
Mar 10 Théâtre Paul Eluard Stains   
 
Mar 11 Cité des Congrès Nantes
 
Mar 12 Théâtre de l'Arche Treguier
 
Mar 16 Théâtre Jean-Alary Carcassonne   
 
Mar 17 Théâtre Fémina Bordeaux  
 
Mar 18 Théâtre municipal Coutances
 
Mar 19 Le Quartz Brest    
 
Mar 24 MC2 Grenoble   
 
Mar 25 Maison de la culture Nevers  
 
Mar 26 Théâtre des Cordeliers Romans    
 
Avr 06 Théâtre Luxembourg Meaux  
 
Avr 07 Théâtre Caudry   
 
Avr 08 Centre Culturel Yves Furet La Souterraine  
 
Avr 09 Ferme du Manet Montigny-Le-Bretonneux   
 
Avr 14 Théâtre Saint Louis Cholet  
 
Avr 16 Maison des Arts Thonon-Les-Bains  

Et au Grand-duché de Luxembourg

  Fev 06 Rockhal Esch-Sur-Alzette

 

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement