The Machine That Made Us

Flotation Toy Warning
Pop/Rock
Talitres / V2
A ce jour, ...Lire la suite...

Pour The Wombats , tout ce qui brille n’est pas or

“Beautiful People Will Ruin Your Life”, c’est le ...Lire la suite...

Bienvenue chez les Cht’is…

Écrit par Didier Deroissart - jeudi, 13 novembre 2014
Image
Tony Melvil
Médiathèque
Avelin
14-11-2014
Un petit voyage chez nos amis et cousins ‘Les Ch'tis’ pour y assister au concert de Tony Melvil, à la médiathèque d'Avelin, une charmante commune sise à 10 km au sud-est de Lille. Le bâtiment est localisé près de la mairie. Tony Melvil est un des poulains du label parisien A(t)HOME, basé à Pantin. L'évènement est organisé par les associations 'Dynamo' (cette structure est destinée à repérer et aider les talents émergents en Région Nord-Pas-de-Calais) et 'Live Entre Les Livres', qui regroupe une dizaine de médiathèques de ce territoire. Ils organisent des événements culturels, dont des showcases dans les médiathèques, lieux aussi insolites que cosy. Dynamo et les iNOUiS du Printemps de Bourges présélectionnent également les groupes et artistes qui bénéficieront ensuite de la mise en vitrine du festival (NDR : en Belgique, ce rôle est assumé par Court Circuit). Bref, ça bouge dans le Nord...

De son véritable nom Etienne Villeminot, Tony Melvil est né à Dijon, en 1982. Il a entamé sa carrière musicale, en 2002. Il écrit des textes dans la langue de Molière. Et ils tiennent la route ! Dans un style qui s’inscrit parfaitement dans le créneau de la bonne chanson française. Il obtient de nombreux premiers prix lors de différents concours régionaux et nationaux. Il grave un premier Ep en 2011, en compagnie de son pote Delbi, aka Romain Delebarre (NDR : il est présent ce soir). Intitulé « Tentative d'Evasion», le disque paraît début 2012 et permet à Tony de sortir de l'anonymat. Depuis, il a fait son petit bonhomme de chemin, publiant notamment, en mars 2014, un second Ep baptisé « La cavale », bien sûr chez A(t)Home.    
  
                                         
En général, Tony se produit en solitaire. Mais ce soir, il a opté pour la formule trio. Melvil se consacre à la guitare, au violon et au chant. Il est épaulé par Delbi au dobro et aux (mini)claviers ainsi que Maxence Doussot à la batterie et aux percussions. Les artistes sont plantés au milieu des livres, dans l'allée centrale. Le public, (une vingtaine de personnes) est assis face aux artistes. Et cet environnement intimiste favorise une relation de proximité entre le public et le groupe. Le concert débute à 20h15. Après une petite présentation, il s’ouvre par un extrait du premier Ep, « Wagons à Bestiaux ». Delbi est à droite de Tony. Sa dobro lui permet d’assurer à la fois les accords de guitare conventionnels et les accès de basse. Plus discret, Max nous livre quelques interventions aux percus. « L'Esprit Aventurier » est un titre du nouvel Ep. Tony empoigne son violon fétiche en signalant qu’il en joue depuis l'âge de 4 ans, inspiré par l'album « Pierre Et Le Loup ». Et manifestement il est brillant sur cet instrument. Bien torchés, ses lyrics sont à prendre au second degré. Ils ne manquent pas d’humour et reflètent son esprit aventurier. Une aptitude qu’il développe particulièrement bien sur disque, mais encore mieux en ‘live’. C’est la raison pour laquelle je souhaitais absolument à assister à un des concerts de cet asticot (NDR : pardon, dans la chanson il parle plutôt du papillon ou de la libellule). Tony passe à la 6 cordes, et le Dobro embraye pour attaquer « La fleur Au Fusil », une compo qui traduit son esprit écolo et anti-militariste, un morceau qui parle de la guerre, des fusils et de ses rêves qui aspirent à mettre des ballons dans les canons...   
       
« 3 M carré » nous raconte la vie dans une prison aux cellules exiguës et dont les prisonniers rêvent d'évasion. « Emilie » est une ode au bonheur. Gainsbourg est redescendu sur terre. Il est parmi nous. Il s’est réincarné en Melvil… « On M'A Dit » est un titre récent. Il parle de la vie et signale que tout ira mieux... un autre jour. Autre nouveauté, « Ligne Blanche ». Delbi a abandonné sa Dobro et opte pour des percus (artisanales). Tony reprend le violon pour aborder le mélancolique mais engagé « Les Miroirs A L'Envers ». Après « Centurion », « Black And White » nous ouvre les zygomatiques. Le concert s’achève par « Sans Langue et sans Visage », la plage la plus rock du second Ep de Tony. Une envie de rejoindre le dancefloor t’envahit. Vu l’endroit, ce n’est pas une bonne idée. Aussi tu fermes les yeux, et tu imagines te libérer sur la piste de danse. En rappel, « Pom Pom » un beau témoignage de l'humour communicatif des trois espiègles. Delbi et Max nous réservent une petite lecture. Bénabar s’est invité. Tony s'éclate et nous amuse de ses textes joyeux. Et le macabre « Je M'Allonge » clôt définitivement le spectacle. Il y évoque la fin de la vie. La mort si vous préférez.

Je ne regrette pas le déplacement. Et reviendrai certainement. A l’issue du show, on a même eu droit au verre de l'amitié et à une petite collation. Manifestement, on est bien reçu chez nos cousins, les 'Ch'tis'. Hein biloute !   
                                                       
Tony Melvil est un artiste éclectique. Parallèlement à sa carrière solo, il tente un tas d’expérimentations, notamment au sein de sa Compagnie Illimitée qu’il a créée en 2012, afin de monter des représentations pluridisciplinaires sur base de chansons. Destiné au jeune public, son spectacle baptisé ‘Quand je serai petit’ sera mis en scène par Marie Levavasseur (Cie Tourneboulé). Il s’y produira en duo en compagnie du musicien/producteur lillois Usmar, à partir de la fin décembre 2014.                                                






 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement