Afterglow

Ásgeir
Electro/Hip Hop
One Little Indian / Konkurren ...Lire la suite...

Un goűt de gris pour Flox…

Alias Flox, Florian Gratton a publié son nouvel album, ...Lire la suite...

ABBota 2015 : vendredi 6 mars

Écrit par Didier Deroissart et Adrien Mouchet - jeudi, 05 mars 2015
Image
ABBota
Ancienne Belgique (Club + AB Box)
Bruxelles
06-03-2015

L’ABBota est un festival partagé en deux soirées. Il se déroule tour à tour à l'Ancienne Belgique et au Botanique. Les deux salles bruxelloises s'associent pour présenter des artistes belges émergents, mais également confirmés, issus des deux côtés de la frontière linguistique, les compétences culturelles ayant été scindées en deux rôles. Y compris pour la musique. Résultat, chaque communauté programme ses artistes dans sa région et rares sont ceux qui parviennent à franchir la frontière (?!?!?) qui les sépare. Heureusement, l'Ancienne Belgique et le Botanique on décidé de travailler ensemble. Notamment à travers cet ABBota. Au cours des années précédentes, les artistes francophones et néerlandophones se produisaient au sein des deux salles bruxelloises. La programmation y était parfaitement panachée. Nouveauté en 2015, les premiers squattent l’AB et les seconds le Bota.  

Ce soir, la quintessence de la scène francophone a été sélectionnée. Tout d’abord, Alaska Gold Rush, des bluesmen qui pataugent dans le bayou bruxellois. Puis Applause, les petits frères de Puggy, biberonnés à l’indie rock. Ensuite, Mountain Bike, des musicos qui ont déjà parcouru de nombreux kilomètres. Mais aussi la formation liégeoise incontournable The Experimental Tropic Blues Band, venue rôder son concept album « The Belgians ». Et enfin, Fùgù Mango, le projet coloré et métissé de Frank Baya des Bikinians (NDR : notamment !)

La soirée s’ouvre au Club en compagnie d’Alaska Gold Rush, un duo réunissant le chanteur/guitariste Renaud Ledru et Alexandre De Bueger, un drummer un peu fêlé. Leur premier Ep, « Pilot Village Midnight », a permis au combo de décrocher de nombreuses dates de concerts. Une notoriété que le tandem allait confirmer en remportant le tremplin Verdur Rock et le Concours-Circuit. Si la paire se veut aussi efficace que les White Stripes et The Black Box Revelation, sa musique puise davantage ses racines dans le Bayou, mais n'en oublie pas pour autant ses références rock, roots et folk. Faut dire que Renaud est passionné par la musique américaine traditionnelle (le blues des années 20 à 30, la country, l'americana et le rock'n'roll). C'est, en outre, lui qui assure l'essentiel de la composition. Alex est davantage influencé par la musique instrumentale de la scène contemporaine, une expression radicale susceptible de libérer un max d'énergie et de puissance, comme le rock pur et dur. Et c'est cette dualité qui fait l'originalité de leur style. Leur nouvel Ep s'intitule « Dirty Road ». Il est déjà disponible sur la toile. Alex est également le drummer de Maw//Sitt//Sii et d'Alaska Alaska. La voix de Renaud est plutôt atypique et me fait parfois penser à celle de Peter Doherty. Mais en version blues/roots.

Comme lors de leur concert accordé au ProPulse, AGR draine du peuple. L’AB Club est donc blindé, quand il monte sur l’estrade. Il n’y a même plus de place pour y caler une sardine. Renaud est toujours aussi statique sur les planches. Il se concentre surtout sur son chant et sa gratte. Alex martèle ses fûts de manière énergique, sauvage, mais précise. Le duo nous réserve en primeur trois nouvelles compos parues ce 26 janvier : « Dirty Road », « Where The Mountain Ends » et « Rich ». Et puis bien sût des extraits du premier Ep, dont « Shake In Those Streets » et « The Gallows Birds ». Manifestement, le tandem a acquis pas mal de maturité au fil des prestations accordées en 'live'. Alaska Gold Rush est un groupe sur lequel il faudra compter en 2015.

Place ensuite à Applause, qui est programmé dans l’AB Box. Un band souvent comparé à Puggy. Pas étonnant puisqu’il est coaché par Nicolas, un fin renard, dont le flair semble particulièrement aiguisé. Il a notamment aidé Puggy, Kiss And Drive et Antoine Chance à prendre une toute autre dimension. 2015 sera donc peut-être l’année Applause. En 2014, il a publié trois Eps intitulés « Acids ». Volume 1, 2 et 3. Leur premier elpee, « Where It All Began », est paru en en 2011. Nicolas est soutenu par Manuel Roland à la guitare, David Picard aux synthétiseurs, Manu Loraux à la basse et enfin le drummer Jerémy Mosserey. Anecdote, les quatre mousquetaires qui épaulent Nicolas ont milité au sein de la Fanfare du Belgistan. La setlist privilégie les extraits des Eps. Ce qui me frappe chaque fois chez ce combo, c’est la manière d'évoluer sur les planches du chanteur, Nicolas Ly. Il est de nationalité française. Sur le podium, il ne tient pas en place. Ce n’est pas la première fois que j’assiste à une prestation du combo, mais j’avoue qu’à chaque fois, elle me botte. Pourtant, il faut reconnaître que l’électro prend de plus en plus de place, même si la section rythmique continue de baliser l’ensemble. Il y a la grande foule dans l’AB Box, et il n’est pas facile de se faufiler pour atteindre l’estrade. Je décide donc de me planter près de la table de mixage, dans le fond de la salle, là ou le son est optimal. Une grande toile blanche est tendue derrière le drummer. Y est mentionné un grand ‘A’. Une manière d’affirmer la personnalité du groupe, un peu comme Archive. Faut dire que Nico est réalisateur, et il soigne son image. C'est d'ailleurs lui, le cœur d’Applause. On devrait revoir le combo, au cours des festivals d’été. Le manager veille au grain, croyez-moi…  

Pas de Mountain Bike pour votre serviteur. Interview Applause oblige. Adrien, mon collègue, prend le relais…

Auquel je n’étais pas préparé. Là on est dans l’impro. Pas grave ! Plus compliqué sera de rester objectif à propos de la prestation du quatuor bruxellois. C’est un de mes coups de cœur pour l’année 2014. Je me poste, en tout cas, au premier rang, devant Etienne, le chanteur/guitariste. Il est vêtu d’un simple caleçon en dessous de son maillot de basket américain un peu trop grand. Aussi fantaisistes, ses trois camarades sont accoutrés de la même manière.

« Hangin’ Around » envoie les premiers décibels dans le Box. Le titre progressif est parfait pour lancer le concert : nous rentrons dans le vif du sujet petit à petit. Au fil du set, Mountain Bike enchaîne les titres puissants de son album éponyme, sorti il y a presque un an. Que le temps passe vite ! Parfois, une nouvelle compo titille nos oreilles. Comme lors du concert de Peruwelz fin janvier, c’est « Good For Nothing » qui retient mon attention. Même si le titre est, de l’avis du groupe, assez compliqué à reproduire en studio, il est tout simplement savoureux en live. Long de presque six minutes, il part en peu dans tous les sens tout en restant extrêmement cohérent. Un vrai bonheur à découvrir sur youtube dans un live de ‘Bruxelles Ma Belle’ (voir ici).

Les amis dispersés dans le public ne manquent pas de fêter l’anniversaire du batteur Charles, alors que les Franco-belges achèvent leur set sur la chanson qui clôt également leur elpee : « Japanese Guitar »

Comme à chaque fois, Mountain Bike a tout donné sur scène et son rock/garage a convaincu un public enthousiaste. Un groupe à voir en concert rapidement si ce n’est déjà fait ! (A.M.)

Place ensuite à The Experimental Tropic Blues Band. Le trio liégeois est venu présenter l’intégralité de son concept album, « The Belgians ». Une œuvre qui fait la part belle à l'histoire de la Belgique, revisitée bien sûr à la sauce Tropic. Donc complètement décalée. La pieuvre reproduite sur l'affiche de présentation de la tournée hante leur set. Un poulpe qui va vous retourner les tripes pendant soixante bonnes minutes. Jean-Jacques n’a pas enfilé sa chemise de cow-boy à franges. Et Jérémy, son marcel –habituellement destiné à bien mettre en valeur ses biscoteaux– non plus. Comme d’hab, le drummer frappe comme un métronome ses fûts. Derrière lui des images défilent sur un écran. Celles des différents rois de Belgique (Philippe, Baudouin, Albert II, etc.), mais aussi d’Eddy Merckx, d’Annie Cordy, de Plastic Bertrand, des diables rouges au Mexique et en Corée du Sud. Mais également de baraques à frites, des grèves de 60, de l'affaire Dutroux, du drame de la tuerie de La Place Saint Lambert et j'en passe. J'avais assisté au même spectacle, pour la première fois, l'an dernier, à la Rotonde, dans le cadre des Nuits Botanique. C'était magique ! Le trio se remet constamment en question et son nouveau concept est vraiment génial. L'énergie libérée sur les planches contamine la fosse. Pourtant, j’ai l’impression que les musicos sont un peu moins rock’n’roll. Leur show me semble moins déjanté. Se sont-ils assagis ou sont-ils tout simplement un peu fatigués. Heureusement, TETBB a un fameux fan club qui le suit fidèlement lors de ses concerts. Sûr, qu’il sera derrière eux au Salon de Silly, le 18 avril prochain, pour y présenter « The Belgians »...

Fùgù Mango achève le festival. On y retrouve les deux Bikinians (NDR : c’est quand même leur projet !) Jean-Yves (synthés, chant) et Vincent Lontie (basse) ; mais aussi le remarquable drummer Franck Baya. Sans oublier le concours d’une jolie chanteuse/guitariste. Il y a du peuple pour assister au concert de ce band qui est occupé de faire l'unanimité en Wallifornie. Il est venu défendre sont dernier opus, « JùJù ». Impossible de s’approcher du podium. La foule est trop compacte. Le son est excellent. « Floaréa » et la cover originale du « Golden Brown » figurent dans la setlist. Les compos font la part belle aux synthés, percussions tribales et harmonies vocales. Et osent se frotter à la world (NDR : afro, latino, etc.). Rien ne les effraye. La première journée de l’ABBota a été consistante, il faut le reconnaître.

(Organisation : Ancienne Belgique et Botanique)

Alaska Gold Rush + Applause + Moutain Bike + The Experimental Tropic Blues Band + Fùgù Mango





 

Qui est en ligne

MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement