The Machine That Made Us

Flotation Toy Warning
Pop/Rock
Talitres / V2
A ce jour, ...Lire la suite...

Garciaphone, mangeur de rêve…

C’est ce 10 novembre que paraît le deuxième ...Lire la suite...

AFM Metal Fest 3 : vendredi 11 novembre 2016

Écrit par Didier Deroissart - vendredi, 11 novembre 2016
Image
AFM Metal Fest
Le Salon
Silly
11-11-2016

Organisée par Aubry Legrain (NDR : c’est le programmateur metal du Salon de Silly), la troisième édition de l'AFM Metal Fest se déroulait donc ce vendredi 11 novembre. Une belle affiche ponctuée par le concert de The Butcher's Rodéo, venu présenter son nouvel album, « Backstabbers ». L'entrée est fixée à 18 euros ; il ne faudra donc pas casser sa tirelire pour assister à ce festival qui programme –quand même– douze groupes.

L'ouverture des portes est fixée à 15 heures. Les Bras Cassés sont censés ouvrir le bal. Ils portent bien leur patronyme, car ils ont déclaré forfait. Et sont remplacés au pied levé par un duo acoustique (guitare/voix), réunissant le gratteur Laurent Kasier (bassiste et chanteur de  Mum's And Clow's qui se produira au cours de la soirée) et une chanteuse. Baptisé Green Patch, le tandem se consacre à la reprise de standards de la musique pop/rock. Pas mal, mais un peu court.  

Un chapiteau planté dans le jardin accueille ensuite Tiny Damned Souls. Un quatuor tournaisien pratiquant un punk/rock/garage old school. Et dont les musicos ne sont pas nés de la dernière pluie. La voix du chanteur est énergique. Il s’exprime dans la langue de Molière ou de Shakespeare, suivant les morceaux. ‘One, two, three, four’ et le tempo rappelle immédiatement celui institué par les Ramones. Les riffs de guitares sont huileux, graisseux et sauvages. Le section rythmique batterie/basse est solide. Votre serviteur a besoin de se réchauffer. Rien de tel qu’un petit vin chaud.

Cap ensuite vers la grande scène pour assister au set des gagnants du Contest, Stand For. Un concours au cours duquel le jeune quintet montois avait vraiment impressionné. La setlist est bien équilibrée. Particulièrement mélodieuse, la voix prend facilement son envol. Les interventions de guitares sont parcimonieuses, mais efficaces. Et techniquement irréprochables. Le spectre d’Iron Maiden plane. Manifestement, l'expression sonore rêve des eighties…

Côté ‘Jardin’, One Eye Dollar vient de grimper sur l’estrade. Issu du Pas-de-Calais le quintet est né en 2012. Et il cumule les concerts outre-Quiévrain. Son set démarre pied au plancher. Poisseuse, grasse, basique, vivifiante, la musique semble née d’un cocktail entre stoner, punk et grunge. Encore qu’on y décèle quelques traces de blues primaire. Afin de se chauffer la voix et les membres (NDR : vu la température de plus en plus glaciale), les musicos se partagent une bouteille de gnole. Le potentiel de One Eye Dollar est indéniable et son énergie, débordante.

Vu le nombre de groupes qui se succèdent, la soirée prend du retard. Last Breath Messiah est programmé ‘indoor’. Les métalleux commencent à affluer dans la salle. Le son y est bon et la température agréable. Elle va même monter graduellement tout au long de la prestation du combo. Dont les membres sont originaires de la région de Chièvres et Mons. Le plus notoire –Stephane Busiau, un des deux sixcordistes– a sévi tout un temps chez Resistance. La formation est responsable d’un mix entre hardcore et trash metal, caractérisé par des vocaux hurlés. Mais ce sont les deux gratteurs qui font littéralement le ménage…

Retour sous la tente, à l’extérieur, où il fait de plus en plus froid. Balls On Fire est un cover band qui puise son répertoire dans les années 90 et 2000. Aubry (NDR : oui l’organisateur du festival) est aux vocaux. Il est blond et se pavane, tel un coq anglais… juste à côté de son tas de fumier. Il est épaulé par un second vocaliste. Un peu comme chez Run DMC. Au sein de la set list, figurent des reprises de Deftones, Papa Roach, Nirvana, Korn et bien d’autres. Des adaptations bien électriques et chargées de testostérone…

Stand For Truth embraie sur la grande scène. Il implique des musiciens tournaisiens et montois (NDR : de Do Or Die, très exactement). Un des gratteurs affiche de magnifiques tatouages sur les jambes. Les autres, sur les bras. A son actif, un seul elpee : « The Game Is Over ». Il est sorti en 2013. Et le nouvel LP devrait paraître bientôt. Angelo se consacre au micro, Goran à la basse, Guillaume aux drums et Etienne ainsi que Délo se réservent les guitares. Le style ? Du metalcore a coloration 90’s. Outre les tatouages, les musicos sont particulièrement poilus… et barbus. Le chanteur invite immédiatement la foule à se rapprocher du podium. C'est un peu un rituel, pour lui. De quoi le rassurer et en même temps bénéficier de la meilleure interactivité possible avec son public. Les deux gratteurs et le bassiste sont montés sur des ressorts. Ils sautent sur l’estrade, de long en large, comme des kangourous. Le chanteur est un fameux chauffeur de salle. Son chant hurlé est mélodique. Quoique puissant, le volume sonore est supportable… si on a recours aux bouchons de protection dans les oreilles.

Dehors on se les gèle. Et pourtant, Mum's & Clow's est sur l’estrade. Il faut du courage pour se produire sur scène, mais aussi pour assister à un concert, dans de telles conditions hivernales. Le gratteur et le bassiste sont parfaitement complémentaires. La voix du chanteur passe bien la rampe. Les compos naviguent quelque part entre blues, stoner et rock alternatif. Les textes sont exprimés tour à tour en français ou en anglais. Et sur les planches, le combo affiche une énergie débordante…

Spiritual Drive devait également se produire à l’extérieur. Mais un des deux canons à chaleur a rendu l’âme. Conclusion, on rapatrie, en deux temps trois mouvements, tout le monde sur et autour de la scène 'Découverte'. Tant mieux. Car on aurait fini par choper la crève. Mais, il faut quand même souligner le travail opéré par l’équipe technique et les bénévoles qui se sont pliés en quatre pour que rien ne soit laissé au hasard ; et tout particulièrement pour préserver la qualité du son, marque de fabrique du Salon de Silly. Le band est originaire du Nord de la France. Son style ? Du stoner. Et il a la pêche. Le drummer transperce littéralement les peaux de ses fûts. Particulièrement mélodique, la voix du lead singer est singulière et casse les codes du genre. Mais les compos envoient le bois. La ligne de basse est à la fois lourde et claire.

Mingawash est un peu considérée comme la formation régionale de l’étape. Et pour cause, les musicos sont originaire d’Ath et de Tournai. La bande à Martin est attendue de pied ferme. Le line up réunit six ou sept membres sur les planches. L’auditoire s’est agglutiné contre le podium. Difficile de se faufiler aux premiers rangs. Le panda gesticule sur scène. Et après avoir ôté sa fourrure, il se retrouve en slip kangourou ; un cache-sexe trop grand, bordé d’une alaise, à moins qu’il ne s’agisse d’un pampers vintage. Main droite tendue vers la paume et doigt tendu vers le haut, bonjour les f***. Mais au sein du band, on ne se prend pas la tête. On préfère libérer un max d’énergie. La foule devient folle. Les riffs de grattes dispensés par Maxime et Quentin sont lourds et incendiaires. La ligne de basse est gluante. Théo martyrise les peaux de ses fûts. Clément et Martin (NDR : il est également batteur chez Feel et Lemon Straw) hurlent des textes dans la langue de Molière. Ce dernier frappe sur tout ce qui résonne. Les round circles et les circle pics se mulitiplient. Et les Mingawashettes assurent le show avec Panda. Ce dernier décide de surfer sur la foule à l’aide d’un matelas pneumatique usagé. Plein de rustines, il se dégonfle. Chez Mingawash, l’autodérision n’est pas un vain mot. Un humour comparable, enfin toute proportion gardée, à celui Rammstein. Assurément le clou de la soirée !

On passe ensuite à du lourd. Bukowski, un quintet parisien impliquant le chanteur/guitariste Mathieu Dottel, le bassiste Julien Dottel (c’est son frangin), les sixcordistes Fred Duquesne et Clément Rateau ainsi que le drummer Timon Stobart. Du metal brut de décoffrage, bien huilé, mais mélodique. Old school, mais mis au goût du jour. Les lyrics sont dispensés en français. Le band est considéré comme un des meilleurs, dans le style, dans l’Hexagone. Et cette véritable machine de guerre va ravir sa fan base qui s’est déplacée en nombre…   

Il se fait tard, et votre serviteur décide de quitter les lieux. Il n’assistera donc pas à la prestation de The Butcher's Rodeo, le side projet du chanteur d'Aqme, Vincent. Ce dernier est ici chez lui. C’est comme sa famille. Et elle le soutient. Il est venu défendre son nouvel opus, « Backstabbers ».

Rendez-vous en novembre 2017 pour la quatrième édition de l'AFM Metal Fest

The Butcher's Rodeo + Bukowski + Mingawash + Spiritual Drive + Mum's and Clow's +  Stand For Truth + Last Breath Messiah + Balls On Fire +  One Eye Dollar + Stand For + Tiny  Damned Souls + Green Patch

(Organisation : Aubry Legrain + Le Salon de Silly)

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement