Les Nuits Plasma 2017 : la programmation (update 23/10/2017)

L’édition 2017 des Nuits Plasma se déroulera ...Lire la suite...

Un goût de gris pour Flox…

Alias Flox, Florian Gratton a publié son nouvel album, ...Lire la suite...

Brussels Summer Festival 2015 : samedi 15 août

Écrit par Didier Deroissart - vendredi, 14 août 2015
Image
Brussels Summer Festival
Salle de la Madeleine + Mont Des Arts
Bruxelles
15-08-2015

L’édition 2015 du BSF en est à son deuxième jour. Et il tombe des hallebardes. En outre, vu l’aménagement du nouveau piétonnier, le stationnement est devenu un cauchemar. Les concerts se déroulent à deux endroits différents. La Madeleine accueille Sonnfjord, Natas Love You, Mud Flow ; et le Mont des Arts, Elvis Black Stars, Moriarty, Cats On Trees. Victime d’un petit refroidissement et vu le temps, votre serviteur opte pour La Madeleine.
Cette salle a remplacé le Magic Mirrors, dont la capacité était limitée à 300 âmes. Il s’agit d’un ancien casino réaménagé. Encore que fin des 60’s et au cours des années 70, y étaient déjà programmés des spectacles musicaux. Par la suite, elle s’est surtout distinguée par son bal du nouvel an réservé aux fonctionnaires. L’architecture est magnifique et le confort acoustique est impeccable.

Votre serviteur débarque pendant la prestation de Sonnfjord, un combo originaire de Braine-L'Alleud. A sa tête, la vocaliste Maria-Laetitia Mattern. Elle est cependant soutenue par son frère Aurelio (Paon, Lucy Lucy) aux claviers, François de Moffarts (Lucy Lucy) à la basse et au chant, le second gratteur Jérome Van den Bril ainsi que le drummer Fabio Zamagni (Noa Moon).

Il y a déjà bien du peuple qui assiste au spectacle. La formation brabançonne n’est pas du style à mettre le souk, mais propose une musique empreinte de délicatesse. Maria-Laetitia possède une jolie voix (NDR : son timbre est susceptible d’évoquer tour à tour Gabrielle Aplin, Noa Moon, Claire Louise, et lorsqu’il devient un peu plus graveleux, Ann Arbor), et s’applique sur sa sèche. Entre elle et les premiers rangs de l’auditoire le courant passe 5 sur 5.

Le set s’ouvre par « Pocket Love  ». « Seagull » est un extrait du premier Ep (NDR: il est découpé en 6 titres) « Up The Wooden Hills ». L’intro propage des éclats de gratte surf bien réverbérés. Nonobstant les quelques accès de synthé, la compo baigne plutôt dans la country. Et plus folk, « Alpinist » s’emballe. De la set list, j’épinglerai encore un excellent « Carry On » et en finale, « Joke », qui incite les spectateurs à sauter sur place…

Je risque de mettre le nez dehors. La pluie a cessé. Donc cap sur le Mont des Arts. Après la 'fouille' imposée à l'entrée, je retourne auprès de la statue d’Albert 1er équestre. Moriarty va bientôt prendre possession de la scène ; une formation que m’a chaudement recommandé Fred Cerise, l’organisateur des concerts en appartement. Et vu que la country, l'americana et le bluegrass me bottent, je ne risque pas d’être déçu. Au sein du line up de ce sextet franco-américain, milite un harmoniciste, un instrument qui –bien joué– me flanque la chair de poule. Sur les planches, on remarque la présence d’un dobro, d’un tambourin, d’une contrebasse, d’une guitare et d’une basse…

Vêtue d’une longue robe, Rosemary Standley se charge du chant. Sa voix est un peu rocailleuse. Le drummer se produit en mode percu, sans grosse caisse. Le claviériste dispose d’un orgue à soufflets (NDR : un peu comme chez Lola Colt et le backing group d’Anna Calvi). Et les sonorités dispensées par cet instrument sont envoûtantes. Un des musiciens signale qu’il s’agit bien de la quinzième fois que le band visite la capitale de l'Europe. Pourtant, pour votre serviteur, c’est une découverte. De cet excellent set, je retiendrai surtout la brillante et très personnelle cover du « Moonshiner » de Bob Dylan. Et puis, la sympathie qui émane des musicos…

La flotte semble avoir définitivement épargné les festivaliers, mais le soleil n’a pas pour autant décidé de faire son apparition. Cats on Trees va bientôt embrayer. Fusionnel, ne manquant pas de charme, ce duo toulousain réunit la claviériste Nina Goern et le drummer Yohan Hennequin. Ils sont aujourd’hui épaulés par un quatuor à cordes (trois violonistes et une violoncelliste). Ce qui apporte une autre dimension à leur musique. Trois grappes d'étoiles de différentes dimensions servent au light show. Les instruments (fûts, percus, piano) ainsi que les pieds de micros sont agrémentés de leds. Le timbre de Nina est bien clair, irrésistible même, et évoque celui de Béatrice Martin (Cœur de Pirate).

Yohan cogne métronomiquement ses fûts (NDR : normal, puisqu’il vient de l’univers du métal) pendant que Nina mène la danse. On sent son approche du show bien plus naturelle. Elle manifeste une belle interactivité avec son auditoire. Ce qui lui permet de le manœuvrer, sans la moindre difficulté. « Sirens Call » met tout le monde d'accord. L’audience est aux anges ! Il y a trois ans, lorsque le duo s’était produit dans le cadre du festival Poulpaphone de Boulogne-Sur Mer, c’était déjà mon coup de cœur…

Une interview était prévue à l’issue du spectacle. Mais les musicos ont tous disparus dans la nature. Ce sera pour une prochaine fois…

Une deuxième journée très intéressante, malgré le temps maussade…

Sonnfjord +  Moriarty +  Cats On Trees

(Organisation: Brussels Summer Festival)

Voir aussi notre section photos ici





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement