Afterglow

Ásgeir
Electro/Hip Hop
One Little Indian / Konkurren ...Lire la suite...

Un goût de gris pour Flox…

Alias Flox, Florian Gratton a publié son nouvel album, ...Lire la suite...

Brussels Summer Festival 2015 : vendredi 14 août

Écrit par Didier Deroissart - jeudi, 13 août 2015
Image
Brussels Summer Festival
Mont Des Arts
Bruxelles
14-08-2015

Pour la nouvelle édition du BSF, les ‘pass’ 10 jours ont tous été écoulés ; et pour éviter le commerce du marché noir, les organisateurs en ont conservé quelques-uns. Ils seront proposés aux imprévoyants lors des premiers jours du festival. Plus de 'Magic Mirrors' cette année, jugé trop exigu (300 places). Il est remplacé par 'La Madeleine', une salle qui peut accueillir jusque 800 âmes. Les concerts prévus à la Place des Palais ne commencent que mercredi. Aujourd’hui, mon choix est vite fait : direction Monts Des Arts.

Douglas Firs est un quatuor gantois (encore un) réunissant les frangins Van Hellemont, Gertjan (chant, guitare) et Sem (synthé, piano, chœurs) ainsi que pour section rythmique Simon Casier (Balthazar) à la basse et Christophe Claeys (Amatorski et Magnus) aux drums. Ces deux derniers se consacrent également aux chœurs. A leur actif deux elpees. Paru en 2012, le premier, « Shimmer & Glow », a bien accueilli par le public et les médias. Le second, « The Long Answer Is No », vient de sortir. Il a été produit par Jasper Maekelberg (Gabriel Rios, Jef Neve et Mintzkov). Le band va nous en proposer quelques morceaux au cours de son set.  

Lorsque le combo monte sur l’estrade, ce n'est pas encore la grande foule. Votre serviteur a oublié ses bouchons de protection pour les oreilles. Devant le podium, les haut-parleurs crachent des infrabasses agressives. Il est donc préférable de prendre du recul. Juste à côté de la statue équestre du Roi Albert 1er, l’endroit me semble le plus propice. La vue sur la scène est imprenable et le son est bon. La formation pratique un rock/blues/roots indie parfois teinté de country ou de bluegrass. Le show s’ouvre par « Summer's Leaving », un extrait du dernier opus. On se croirait au beau milieu des plaines du Kentucky, alors que nous sommes dans la capitale européenne. Ce sont les ivoires qui balisent « Shimmer & Glow », le titre maître du premier LP, une chanson empreinte de douceur caractérisée par de superbes harmonies vocales. Des vocaux auxquels Douglas Firs apporte d’ailleurs un soin particulier. Et « Your Only Friend » est une nouvelle compo. Paisible, elle émarge au country voire à l’americana. Une quiétude au sein de laquelle les 50 minutes de spectacle vont baigner…

Trente minutes sont nécessaires pour le changement de matos. Une demi-heure au cours de laquelle la foule arrive progressivement et finira par remplir le Mont Des Arts, pour atteindre sa capacité maximale, soit 8 000 spectateurs. Chiffre atteint juste avant le début du concert de Charlie Winston.

Depuis qu’il a publié son deuxième LP, « Sundogs », Great Mountain Fire écume la plupart des festivals estivaux. N’ayant pu assister à sa ‘release party’, célébrée dans le cadre des Nuits Botanique, je ne voulais pas manquer ce spectacle. Bien perçu par les mélomanes et la critique, ce disque a été enregistré durant sa résidence à l'Amerikaans Theatre, antique bâtiment radiophonique construit pour l'Exposition Universelle de 1958. Les musicos y ont bossé pendant une année complète. Lors de leur dernier passage, en 2013, leur set avait été programmé beaucoup plus tôt. Devant moins de monde. Ce soir, les membres du G.M.F. sont ravis de pouvoir se produire devant un auditoire bien mieux garni. Chanteur charismatique, Thomas de Hemptinne est une véritable bête de scène. Et le reste de la troupe ne fait pas tache au sein de l’ensemble qui entretient une ambiance qu’on pourrait qualifier de frénétique. L’expression sonore est colorée, sucrée et largement teintée d'électro. Mais également enrichie de percus, de manière à dynamiser davantage les compos. En fin de parcours, deux invités de choix montent sur les planches. Soit Andrew Van Ostade, un ex-School Is Cool et probablement le guitariste de Robbing Millions. Un excellent show bien déjanté…

C’est en 2007 que Charlie Winston est repéré par Peter Gabriel. Ce dernier l'invite alors à assurer le supporting act de sa tournée. Quoique populaire en Belgique et au sein de l’Hexagone, l’artiste ne fait pas l'unanimité chez les Insulaires. Tant pis pour eux ! A ce jour, il a publié « Hobo » en 2009, « Running Steel » en 2011, et cette année « Curio City » (NDR : sur son propre label). Un tournant dans sa carrière. Il était venu le défendre à l’AB, en mai dernier.

Comme à l'Ancienne Belgique, juste derrière le drummer, on remarque la présence de 8 rangées d’immenses miroirs. Et ils vont se mouvoir, en fonction du light show, dominé par des teintes bleues et blanches. Les musicos sont tout de bleu ciel vêtus. Le natif des Cornouailles a enfilé un costard (NDR : trop loin pour discerner la couleur de ce costume) soigné et est coiffé de son inévitable chapeau mou (NDR : il aime les belles fringues, ce n’est pas neuf !) Après avoir aligné quelques hits (« Lately », « In Your Hands », « Like A Hobo »), afin de chauffer l’ambiance, Charlie se déleste de son couvre-chef et de sa veste. Mister Hobo nous raconte qu'il adore Bruxelles, le BSF, le public belge, l'ambiance, le contact, les statues du Mont des Arts et le feu tricolore situé en plein milieu de la fosse. Et justement, lorsqu’il prend son bain de foule, c’est pour grimper sur le poteau de signalisation, mais également sur la statue de la Reine Elisabeth afin de lui titiller gentiment les protubérances mammaires. Son dernier LP recèle des morceaux davantage électro. Et ces titres font mouche au sein de l’auditoire. Véritable showman, il se montre particulièrement interactif avec ce public qu’il finit par mettre littéralement en poche. Et la finale est célébrée en grande pompe, grâce au concours de Mr. Baptiste Lalieux, aka Saule, venu participer à l’interprétation de « Dusty Man».

La soirée n'est pas finie, une after électro est prévue dans la salle de la Madeleine. Perso, après une telle soirée passée aux Mont Des Arts, je préfère rejoindre mes pénates.

Charlie Winston + Great Moutain Fire + Douglas Firs 

(Organisation : Brussels Summer Festival)

Voir aussi notre section photos ici





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement