The Machine That Made Us

Flotation Toy Warning
Pop/Rock
Talitres / V2
A ce jour, ...Lire la suite...

Garciaphone, mangeur de rêve…

C’est ce 10 novembre que paraît le deuxième ...Lire la suite...

Esperanzah ! 2012 : dimanche 5 août

Écrit par Alexandre El Cous - dimanche, 05 août 2012
Image
Esperanzah !
Abbaye de Floreffe
Floreffe
05-08-2012

Esperanzah ! change, évolue, mais est toujours là, tel était le message passé par l'organisateur J-Y Laffineur avant le festival...

Flavia Coelho ouvre le bal de cette dernière journée. Elle nous amène la chaleur de son pays (NDR : elle est née au Brésil, à Rio de Janeiro, et vit à Paris depuis 2006) en nous présentant admirablement bien la musique traditionnelle de sa patrie originelle. Toujours dans les sonorités latino mais en adoptant un accent belge, la Chiva Gantiva prouve que le style sud-américain se marie à merveille au rock, dans la quête de bonnes vibrations.

Le sol a ensuite tremblé. A cause du public qui s’est déchaîné lors de la prestation des Mexicains de Molotov. Un métal teinté de hip-hop. Imaginez un hybride entre Rage Against The Machine, Beastie Boys et les Deftones. Tous les musicos rapent ou chantent leur engagement révolutionnaire (NDR : dénonçant notamment la corruption qui ronge les institutions de leur pays), mais abordent aussi des sujets à connotation sexuelle, tantôt en anglais, tantôt en espagnol. Génial ! Même sous la pluie...

Place alors, ‘côté jardin’, au virtuose du piano, Roberto Fonseca. A une certaine époque, il avait même remplacé Ruben Gonzales, au sein du Buena Vista Social Club. Le Cubain vit sa musique et partage une incontestable complicité avec ses musiciens. Il cherche constamment des ponts entre jazz, musique cubaine et celle du reste du monde, tout particulièrement africaine. Grâce à son talent et son jeu de scène, ce jazzman parvient à nous faire swinguer, et surtout ravit d’auditoire. Parfait pour déguster quelques mojitos.

On ne peut parler de Groundation, sans évoquer leur philosophie rastafari. Les lyrics qui véhiculent des messages de paix ou des réflexions spirituelles. La formation californienne clôturait donc cette 11ème édition. Et leur prestation a une nouvelle fois enchanté tout le monde. Leur dernier album, « Building an Ark », est paru en mars de cette année. La synergie entre les différents instrumentistes et la voix du désormais mythique Harrisson Stafford a plus que chauffé la foule. Malgré la pluie, le public dansait à n’en plus finir. J'aime cette forme de roots-reggae-jazz particulièrement groovy et à l’énergie positive…

Le clou du festival devait être enfoncé par le team anglo-espagnol (NDR ou basque, si vous êtes sourcilleux) Crystal Fighters. Réputé pour son style rapide et passionné, ils mêle allègrement électro, funk, punk, techno, dubstep, pop et folk indigène en se servant d’une multitude d’instruments. Basiques, mais également traditionnels, comme le txalaparta, un xylophone en bois joué par deux musicos face à face, un danbolin et un txistu, sorte de cornemuse, etc. Malheureusement, les basses couvraient un peu trop l’ensemble, et surtout les voix... A revoir !

Vite, vite, rabattons-nous au Radio Bistrot pour dessiner un dernier pas de danse, avant d’en finir avec cette édition 2012. Une chose est sûre, Esperanzah ! n'a pas encore perdu son âme. Le cœur, l'ambiance familiale et festive ainsi que l'engagement transpirent toujours dans ces murs de l'abbaye de Floreffe. Soit l’essentiel ! Même si la programmation a connu quelques ‘moins bien’, l'esprit est toujours bien présent. Pourvu qu’il perdure encore longtemps, en ne succombant pas trop aux excès de la pop...

Pròxima Estaciòn : Esperanzah ! 2013.

(Voir aussi notre section photos ici )

 

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement