Cactus Festival 2018 – Deux premiers noms ! (update 14/11/2017)

Nils Frahm et Mogwai sont les premiers noms annoncés pour ...Lire la suite...

Un box pour Alan Parson Project

Dans le cadre du 35ème anniversaire du chef ...Lire la suite...

Fancofolies de Spa 2012 : dimanche 22 juillet

Écrit par Akim Serar - dimanche, 22 juillet 2012
Image
Francofolies
Village Francofou
Spa
22-07-2012

Cent soixante sept participants, quinze scènes, une myriade de badauds à voir (souvent badaud du tout).

Des jeunes talents, de fiers étalons, des pointures et autant d’anonymes.

L’ombre de Pierre Rapsat toujours omniprésente, au panthéon de la culture spadoise. Sorte de Victor Hugo local. Aux lettres de noblesses s’inscrivant en or sur chaque rempart.

Un esprit familial, convivial, mais qui confère à la foire au boudin.

Des musiciens des rues, d’autres complètements à la rue.

Occasion pour toute une ville de se retrouver, de communier, de s’impliquer.

Les Francofolies restent un festival à part. Pas très Rock & Roll, mais baigné d’une atmosphère légère.

Somme toute, un village de vacances, rythmé aux sons de moins en moins francophones mais toujours aussi francophiles.

Dernière étape des pérégrinations de Cheval Maure, plus mort que jamais.

Abandonné à la fougue juvénile des Von Durden, ballotté par l’émotion d’un Roscoe au faîte de la gloire ou bercé et alangui par les sonorités organiques de Great Mountain Fire, Cheval se balance ostensiblement entre le vide et l’infini.

Sans grande attente et simplement ravi d’être présent.

La faune locale habillant le décor, la flore au fusil.

Cheval respirer air frais, avaler soleil, danser avec les oiseaux.

Contemplant l’ombre de Benjamin Miam Monster Schoos défier l’absurdité d’une scène ‘jeunes talents’ dans un costume de catcheur étriqué, sous le regard amusé de deux lions amarrés à un pavillon Chinois.

Avant de plier genou face à Catherine Ringer. Incroyable performance transfigurant à elle seule cinq jours sans grand éclat…

Sillonnant son parcours discographique avec un entrain époustouflant, grande dame Catherine assène une grande claque à Cheval, comme du reste à la majeure partie du public qui a eu le flair de se rendre devant elle.

Emmenant Cheval dans son univers, lui glissant quelques messages subliminaux à l’oreille le temps d’une chanson réveillant les soupçons de ce vieux canasson quant à l’existence d’un improbable complot digne du Trueman Show.

Généreuse, coquine et formidable Catherine, entourée d’une équipe de choc, titillant les talons d’un certain Fred Chichin, parti faire des claquettes au paradis.

Après avoir franchi victorieusement le dernier obstacle, Cheval repartait la poitrine gonflée et les yeux emplis de paillettes, s’en allant retrouver pour une dernière fois, Jean Lou Hallyday et ses Johnnettes retenant la nuit…

 





 

Qui est en ligne

MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement