Une collaboration entre Musiczine et Jazzaround

Né en 1995, Jazzaround a longtemps été le ...Lire la suite...

Un goűt de gris pour Flox…

Alias Flox, Florian Gratton a publié son nouvel album, ...Lire la suite...

Fancofolies de Spa 2012 : samedi 21 juillet

Écrit par Akim Serar - samedi, 21 juillet 2012
Image
Francofolies
Village Francofou
Spa
21-07-2012

Cent soixante sept participants, quinze scènes, une myriade de badauds à voir (souvent badaud du tout).

Des jeunes talents, de fiers étalons, des pointures et autant d’anonymes.

L’ombre de Pierre Rapsat toujours omniprésente, au panthéon de la culture spadoise. Sorte de Victor Hugo local. Aux lettres de noblesses s’inscrivant en or sur chaque rempart.

Un esprit familial, convivial, mais qui confère à la foire au boudin.

Des musiciens des rues, d’autres complètements à la rue.

Occasion pour toute une ville de se retrouver, de communier, de s’impliquer.

Les Francofolies restent un festival à part. Pas très Rock & Roll, mais baigné d’une atmosphère légère.

Somme toute, un village de vacances, rythmé aux sons de moins en moins francophones mais toujours aussi francophiles.

Cheval Mort commence à être fatigué.

Cheval Maure supporte difficilement Suarez à dix-huit heures quarante-cinq du matin.

Cheval trouver ce spectacle insipide, incolore, et mièvre et se demander pourquoi tant d’engouement.

Mais dans le fond, Cheval s’en moque.

Par contre, Jean Louis Murat se transfigure dans l’écrin du Dôme, espace clos et intime qui sied à ses chansons.

‘Pas de pitié pour Cheval’ scande-t-il, emporté par la fougue de ses quelques printemps.

Et d’emmener avec lui un public acquis à sa cause.

Là où Cali a failli quelques instants plus tôt, Murat s’impose comme une figure incontournable d’une certaine scène hexagonale.

Cheval récolter indices qui mènent à sentier de lumière. Cheval lancé au galop. Cheval trouver trace partout de l’indicible complot. A moitié schizophrène, ce qui en fait un être entier.

Il ne fait guère chaud, mais Yuksek se charge de rehausser la température.

De retour deux après un premier passage remarqué, les Français font plus qu’assurer l’essentiel et donnent quelques couleurs à une affiche malgré tout assez terne.

Enlevé dans d’autres sphères, Cheval dodeline de la tête, la crinière au vent.

Ce soir, Cheval sait qu’il a rendez-vous, un incontournable rendez-vous, avec celui pour lequel il porte de plus en plus un regard attendri.

Devant l’entrée du tipi, Cheval aperçoit l’ombre d’un Johnny plus Jean Lou que jamais.

 





 

Qui est en ligne

Il y a actuellement 1 invité en ligne
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement