The Machine That Made Us

Flotation Toy Warning
Pop/Rock
Talitres / V2
A ce jour, ...Lire la suite...

Garciaphone, mangeur de ręve…

C’est ce 10 novembre que paraît le deuxième ...Lire la suite...

Francofolies de Spa 2011 : jeudi 21 juillet

Écrit par Yves Herpoel - mercredi, 20 juillet 2011
Image
Francofolies de Spa 2011
Village Francofou
Spa
21-07-2011

Les Francos, c’est une énorme machine, un programme d’une richesse inouïe, une foule très nombreuse (deuxième meilleure affluence en 18 ans malgré le mauvais temps) et un public qui s’étale sur plusieurs générations : trois, voire quatre...

Le souci, c’est de faire son choix parmi la pléiade de concerts simultanés qui sont proposés. Et place tout d’abord au jeudi, puisque votre serviteur et Barbara, préposée aux photos, avons couvert le festival pendant deux jours, soit les 21 et 22 juillet

Francos – le 21 juillet

On commence par la gentille Camélia Jordana. Ce petit bout de femme (elle aura 20 ans en septembre) m’étonne par la qualité de sa prestation et balaie mes préjugés (c’est une rescapée de la Nouvelle Star). Sa voix, un peu timide au début s’affirme de plus en plus pour prendre sa pleine dimension, à mi-concert, dans l’excellente interprétation du « Mercedez-Benz » de Janis Joplin. C’est peut-être un peu vite d’affirmer que c’est ‘une grande dame déjà’ comme le prétend Charles Gardier, mais elle a effectivement tout d’une grande en devenir. Reste à se créer un répertoire dans un univers qu’elle commence à s’inventer et auquel Mathieu Bogaerts pourra favorablement contribuer (il a composé deux excellents titres sur le premier album). Et à s’affirmer un peu plus sur scène : ses sourires n’effacent pas un côté statique que l’assistance ne tarde pas à imiter. Je reste sur ma faim. D’autant que la chanson du rappel, plus à sa place dans un piano bar qu’en plein air, indiffère un public familial qui quitte déjà la place.

C’est curieux mais pour le concert de Louis Chedid, je remarque une nette augmentation du nombre de quinquas dans le public… Ici, le répertoire est tellement riche (le premier album date de 1973 !) que c’est un trop court ‘best of’ de 16 titres que nous offre l’artiste-poète. Trois sont extraits de son dernier album. Je suis épaté par la manière dont Louis Chédid chante des choses si profondes sur un ton si léger, comment il sait faire danser sur des paroles si graves. Un vrai plébiscite contre la sinistrose et cela plaît visiblement au public. Quant aux cinq jeunes musiciens qui l’accompagnent, ils auront l’occasion de s’exprimer, Louis Chedid leur donnant la première place en se plaçant carrément derrière eux. Une mention spéciale à Laurent Guillet pour son impeccable jeu de guitare. Après trois titres en rappel, les fans du Louis le généreux lui diront au revoir à leur façon en reprenant longtemps encore le refrain ‘T’as beau pas être beau (…) j’t’ai dans la peau’. Comme pour répondre au titre de son dernier opus « On ne dit pas assez aux gens qu’on aime qu’on les aime ». Ici, on lui a dit!

Il fallait choisir : Calogero en version symphonique ou De Palmas. Ce sera De Palmas. D’abord parce que la scène Pierre Rapsat où se produit l’ancien chanteur des Charts est archi bondée (une file de plus de 150 mètres une heure avant l’ouverture des portes). Et puis il faut bien reconnaître qu’au Village Francofou on se sent beaucoup plus proche des artistes. De Palmas commence fort par « Tomber », que le nombreux public reprend en chœur. Pourtant, il ne vient pas faire le ‘jukebox’ ! Ses titres suivants seront proposés dans des versions inhabituelles, très groovy, en accord avec la lumière mauve qui inonde la scène. Les chemins de traverse empruntés désarçonnent ceux qui sont venus essentiellement pour entendre et chanter ses tubes. Mais la plupart suivent le guide qui arrive aussi intelligemment à revenir vers ses fans pour leur offrir ce qu’ils attendent. Peu bavard, De Palmas se concentre sur la performance musicale et nous donne l’occasion de redécouvrir ses chansons. « J’en rêve encore », « Regarde-moi bien en face », « Chez moi » suivent le même processus : un début en chorus avec le public et une prolongation très blues-groovy en compagnie de ses musiciens. Ce qui rend la performance de l’artiste intéressante et donne de la valeur ajoutée au concert !

(Voir aussi notre section photos)

 





 

Qui est en ligne

Il y a actuellement 2 invités en ligne
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement