Une collaboration entre Musiczine et Jazzaround

Né en 1995, Jazzaround a longtemps été le ...Lire la suite...

Pour The Wombats , tout ce qui brille n’est pas or

“Beautiful People Will Ruin Your Life”, c’est le ...Lire la suite...

Les Nuits Botanique 2011 : mardi 10 mai

Écrit par Taï - lundi, 09 mai 2011
Image
Nuits Botanique
Botanique (Orangerie)
Bruxelles
10-05-2011

Absent de notre paysage scénique depuis de longues années, Sufjan Stevens était l’invité d’honneur pour ouvrir l’édition 2011 des Nuits Botanique. Et pour les spectateurs qui ont eu la chance d’assister à ce magnifique show, je me demande comment ils vont pouvoir apprécier à leur juste valeur, le reste de la programmation ! Même les prestations de Mercury Rev et de dEUS risquent de paraître un peu fades, vu celle accordée par l’Américain et sa troupe, ce mardi soir.

L’excellent DM Stith assurait le supporting act. Pas une partie de plaisir, au vu de la relative indifférence manifestée par l’auditoire tout au long de son set. Un auditoire tellement distrait et bruyant, qu’il était difficile d’entendre la voix d’ange du troubadour. Pourtant, en quatre compos, il a démontré qu’il ne manquait pas de talent. Et les ingrats ont dû se poser de questions, lorsqu’ils se sont rendu compte que l’artiste figurait dans le backing group de Stevens.

La grande messe psyché-folk s’ouvre vers 20h30. Et franchement, celles et ceux qui avaient déboursé 28€ pour ce spectacle ne l’ont certainement pas regretté. Le line up implique trois batteurs, un guitariste, un bassiste, deux trompettistes, un pianiste et deux choristes (NDR : impressionnantes elles dansent aussi !) Le set s’ouvre par le ténébreux « Seven Swans », compo qui nous plonge d’emblée au cœur d’un climat surréaliste, riche et lunaire. La mise en scène est particulièrement soignée et recherchée. Chaque morceau bénéficie d’une chorégraphie spécifique. Les trouvailles sonores et visuelles sont légion. A l’instar du filet de tulle qui donne une autre dimension au spectacle (NDR : un concept qui aurait d’ailleurs été inventé par un Belge !) Le volcan de l’irrésistible « Vesuvius », les illustrations animées de Royal Roberston sur « Get Real Get Right » ou le lâché de ballon final lors de l’époustouflant morceau prog-pop « Impossible Soul », un titre frôlant les 25 minutes (!!!), en sont d’autres démonstrations. Déguisé en cygne noir, Sufjan Stevens semble très heureux d’être là. Son énergie est incroyable. Dans son tracklisting, il alterne, sans difficulté, anciens morceaux folk et superbes plages électro-psyché issues de « The Age of Adz », comme le très dansant « Too Much » ou le plus R&B « I Walked ». Exubérant, pour ne pas dire un peu allumé, Sufjan communique sans arrêt avec le public. Il nous parle de vaisseaux spatiaux, de vie et de mort ainsi que de drogues, non sans faire preuve de beaucoup d’humour. Au cours d’un monologue de près de 10 minutes, il va même nous expliquer la genèse de ses morceaux et sa passion pour le peintre sci-fi Royal Robertson. L’ambiance est particulièrement ‘Out of Space’. Et pas seulement à cause du recours à l’auto-tune et aux voix de robots. Son équipe est composée de musiciens particulièrement doués. Ils sont également déguisés. Des accoutrements fluorescents qui me font penser à une secte intergalactique. Et lors de ce concert complètement démentiel de 2h30, on n’éprouvera jamais la moindre seconde d’ennui. C’est parfois ‘too much’, mais surtout inoubliable. Et pourtant, le plus impressionnant procède de la voix de Stevens. Un coup de chapeau à cet artiste qui n’a pas hésité à jouer « Chicago », en guise de rappel, face à un public conquis, qui n’en demandait pas tant ! Sufjan, tu reviens quand tu veux et je serai à nouveau parmi les spectateurs…

Sufjan Stevens + DM Sith

(Organisation Botanique)

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement