Odd places

Bacon Caravan Creek
Pop/Rock
Intersection / Urban Invaders
...Lire la suite...

La crucifixion selon Protomartyr…

Protomartyr
Botanique (Rotonde)
Bruxelles
21-11-2017
...Lire la suite...

Les Solidarités 2016 : dimanche 28 août

Écrit par Mei Hsia et Sebastien Leclercq - dimanche, 28 août 2016
Image
Les Solidarités
Citadelle
Namur
28-08-2016

Les organisateurs ont le sourire ; et pour cause, le temps est au rendez-vous. Et puis surtout la veille, le festival a pulvérisé son record : il a accueilli 24 000 personnes. Un sold out fièrement affiché. Et ce dimanche, 19 000 spectateurs se sont donnés rendez-vous à la Citadelle de Namur. Une progression continue, puisque 28 000 âmes avaient été comptabilisées en 2014 et 36 000, en 2015. Sur le site on croise de nombreuses petites têtes blondes. Ils sont choyés, notamment grâce à la ‘Cité des enfants’. Et les medias n’ont pas à se plaindre, car l’espace qui leur est réservé est tout bonnement épatant. C’est à souligner, car ce n’est pas toujours le cas…

Le tableau était idyllique. Et une mauvaise nouvelle vient de tomber. Tiken Jah Fakoly doit déclarer forfait. Motif ? Deux vols successifs qui relient d’ordinaire Bamako à Paris ont été annulés par la compagnie Air France. Résultat des courses, la programmation est chamboulée. Starflam est invité en dernière minute et ouvre le bal…

Lorsque nous débarquons au beau milieu de l’après-midi, Marina Kaye est déjà sur les planches. Mais sa prestation fait quand même pâle figure. Révélée par l’émission télévisée ‘La France a un incroyable talent’, en décembre 2011, la jeune Marseillaise (NDR : elle n’a toujours que 18 printemps) possède un joli timbre vocal, mais son répertoire (NDR : est-ce vraiment du rock ?) s’adresse surtout aux ados prépubères. Flanquée d’un ‘symphonic metal band’ elle affiche une inébranlable confiance en elle. Elle s’autorise une cover du « Feeling good » de Nina Simone ; mais le résultat n’est pas vraiment convainquant. Manifestement, elle doit encore prendre de la bouteille.

Après avoir déambulé entre les nombreux stands militants, les bars et autres balançoires, on met le cap sur le cadre enchanteur du Théâtre de la Verdure. Pour y écouter notre comtesse (ou conteuse) du jour, Giedré. On sent le public nettement plus chaud que pour sa cadette hexagonale. Elle déboule seule sur scène, armée d’une sèche. Giedré c’est un personnage qui cultive les contrastes. Celles et ceux qui ne la connaissent pas imaginent que le répertoire de cette si jolie blonde aux yeux bleus (NDR : elle est de souche lituanienne) privilégie des  ballades folk romantiques. Que nenni ! En fait, il est constitué de chansons paillardes dignes de Didier Super. Elle aborde les thèmes de la vieillesse, de la pédophilie, du viol, des déjections et même de la mort. Avec un grand sourire. Le contraste entre son apparence extérieure puérile et le contenu de ses chansons est saisissant. Son humour est particulièrement sarcastique. ‘On m’a dit qu’il y avait beaucoup d’enfants aujourd’hui ; j’espère que ce sont des enfants sourds’. Elle entame son set par « Ode à la contraception » et puis n’oublie pas « Tire la chasse », « Grand-mère », « Pisser debout » ou « Toutes des putes » ; autant de titres qui reflètent son état d’esprit. Mais le plus étonnant procède de la réaction des jeunes, et même des moins jeunes, qui reprennent les paroles en chœur, conférant au spectacle une allure de feu de camp scout.

Les Innocents sont bien plus sages. Bizarre, ils ne rameutent pas la grande foule. Même les photographes et la presse boudent le show. Et ce malgré un passé glorieux ponctué par une ‘Victoire de la musique’, décrochée en 2015. Faut dire que cumuler les Ardentes, Ronquières et les Solidarités, la même année, provoque inévitablement l’overdose. Jean-Claude Urbain et Jean-Philippe Nataf grimpent sur l’estrade. Tout simplement. Le premier est armé d’une gratte sèche. Le second d’une électrique. ‘Il y a un an jour pour jour, on jouait à la fête de l’Huma’, déclare J.P., ‘On nous a dit que ce festival était dans le même thème, et on a adapté notre set list avec des titres plus engagés’. De bonne humeur, le duo aligne ses singles ; ce qui suscite, au sein de l’auditoire, une certaine sympathie. Mais bien gentillettes, ces chansons trempent un peu trop dans la variété pour séduire celles et ceux qui sont à la recherche d’originalité…

Marka et son Magic Stoemp va, a contrario, nous réserver une prestation bien plus rock’n’roll. Au sein de cette grande potée d’artistes bruxellois, on retrouve les revenants Allez Allez, dont sa compagne Laurence Bibot, mais également Marie Warnant ainsi que le tonitruant DJ saucisse. Le petit chapiteau ‘Magic Mirrors’ est plein comme un œuf, et l’ambiance y est bon enfant. Une bonne manière de clore une journée finalement variée, même si elle a vécu des hauts et des bas.

Set list (dans le désordre) : « Summer 2016 », « Jump in or fall », « Je prête à confusion », « Whats’s going wrong », « La poupée barbue », « Bruxelles », « Je parle », « Sans pareille », « It’s only football », « Bruxelles plurielle », « African queen », « Allez allez », « Bruxelles arrive », « Suzie Q » et « Accouplés »

(Organisation : Solidarités)

Voir aussi notre section photos ici

 





 
MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement