Afterglow

Ásgeir
Electro/Hip Hop
One Little Indian / Konkurren ...Lire la suite...

Butterscotch Hawaiian reste dans les parages

Ce 13 novembre paraîtra le nouveau titre de Butterscotch ...Lire la suite...

Transmission Party 2015 : vendredi 6 novembre

Écrit par Didier Deroissart - jeudi, 05 novembre 2015
Image
Transmission Party
Alhambra
Mons
06-11-2015

« Transmission party », c’est le titre d’un album de la formation australienne The Tea Party ; mais aussi le nom du studio de TJ Byrnes, à New York. Une appellation également choisie pour ce mini festival qui s’est déroulé ce vendredi 6 novembre, à l’Alhambra de Mons. Le thème : la cold wave. Tant organique qu’électro vintage. L’ombre de Joy Division voire de New Order risque donc de planer tout au long de cet événement… qui ne négligera pas pour autant les climats électriques voire soniques. Compte-rendu.

Les hostilités sont censées débuter à 20 heures. Mais vu le maigre public alors dans la salle, elles commenceront à 20h40. Il faudra d’ailleurs attendre le set d’Organic, pour qu’elle soit correctement remplie…

Miss Tetanos ouvre donc le bal. Un trio belge signé chez Rockerill Records & Going up. Il réunit une chanteuse qui se charge également des machines et du thérémine (NDR : pour en savoir davantage voir Wikipédia ici), un second préposé aux machines et un drummer (NDR : chevelu, barbu et coiffé d’une casquette en cuir). Les trois musiciens répondent aux pseudos –dans l’ordre– de Miss Tetanos, Sri.Fa et Stephen O'Maltine. A ce jour, le combo a gravé un vinyle en 2013 (« Miss Tetanos (Und) Sri.Fa feat Stephen O'Maltine »), un elpee qui faisait suite à « Mucica Y Muerte », paru en 2011 et « Usine A Risques », en 2010.

Stephen O'Maltine a certainement bu de l’ovomaltine, au cours de son enfance, pour frapper ainsi sur ses fûts. Chargés de groove, les beats électro sont particulièrement expérimentaux.  Chaussée d’énormes lunettes noires, la vocaliste a recours au thérémine sur le premier morceau. Par la suite, elle ne s’en servira plus qu’épisodiquement. Mais c’est surtout la fin de parcours qui semble le plus intéressant. Notamment lorsque le pilonnage des peaux devient à la fois métronomique et métallique, plongeant alors ce titre dans une forme d’indus glacial, réminiscent de Front 242. Dommage que tout le set n’ait pas été de cette envergure

Place ensuite à Organic. Un autre trio dont les musicos sont issus de la région de Rebecq et Beloeil. Né en 2011, il implique Joris Oster (guitare, programmation), Raphaël Haubourdin (voix, claviers et programmation) et Olivier Justin (batterie). Il avait assuré la première partie de Graham Coxon, lors de son concert accordé au Botanique.

Le band propose un cocktail contemporain de cold wave, de post rock et punk, de prog, de psyché, de stoner, de new wave et de noisy. A son actif deux long playings. Le premier, « Under Your Carbon Constellation », est sorti sur le label suédois Complete Control Productions, en 2012. Le second, « Empty Century », vient de paraître. La formation s’est déjà produite en Suède, France, Angleterre et Allemagne.

Raphaël demande à la foule de s’approcher du podium. Elle s’exécute, mais en deux temps. Première constatation, la ligne de basse est omniprésente ; et on ne peut s’empêcher de penser à Peter Hook. Parfois, sous les effets, les sonorités ressemblent à celles dispensées par une guitare. Les interventions du batteur sont aussi incisives que percutantes. D’ailleurs, c’est la section rythmique qui fédère l’ensemble. Pas de gratte cependant ; ces accords sont produits par une machine ou les claviers. Le vocaliste peut ainsi se concentrer exclusivement sur son chant… profond et terriblement expressif. Qu’il exprime dans la langue de Voltaire. Et dont les textes sombres, traitent des désillusions et du désespoir de notre société contemporaine. Il manifeste également une excellente présence scénique. C’est d’ailleurs le seul showman du combo.

Les boucles sont hypnotiques. Les sonorités électroniques, vintage. Des titres tels que l’instrumental dansant « Seeds » et « Johnny Craque » (NDR : ils figurent sur le dernier LP) démontrent l’énorme potentiel du groupe. Bref, tout au long du set, on a l’impression de replonger au début des eighties… Un groupe à suivre de très près, c’est une certitude.

Setlist : « Seeds » / « Johnny Craque» / « Police Station» / « Positions »/ « Ordinary World » / « Alyss »/ « Waves Are Running »/ « Disturbing Street »/ « Money Tron » / « My Own Grey» / « Colossal Baroque » / « Hyperbola »/ « Katharina  » / « Waiting ».

Pas de Joy de Vivre, ni d’after party en compagnie de Red Irving. Il se fait tard, et il est temps de rentrer au bercail… Ce matin, mon réveil sonnera impitoyablement à 6 heures… 

(Organisation : Alhambra)

Miss Tetanos - Organic - Joy De Vivre - Red Irving





 

Qui est en ligne

MusicZine - Actualité musicale © 2017
ASBL Inaudible – 2, rue Raoul Van Spitael – 7540 Kain
Design: Nuno Cruz - Joomla integration: Edustries
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement